La récession américaine est repoussée

Les résultats meilleurs que prévu de l’économie américaine ont conduit de nombreux économistes à repousser leurs prévisions de récession. L’économie s’est toutefois quelque peu affaiblie en août, avec un ralentissement de la croissance de l’emploi et un affaiblissement des prévisions de croissance de la consommation, des services et de l’industrie manufacturière. Bien que la baisse de l’inflation ait été prometteuse, les prix à la consommation ont augmenté d’un dixième sur un an glissant pour atteindre 3,2 %.

Avec une inflation nominale toujours bien supérieure à l’objectif, à 4,7 %, Jerome Powell, le président de la Fed, n’a eu d’autre choix que d’avertir que les hausses de taux pourraient se poursuivre. Sur le marché des obligations, cependant, les attentes d’une baisse des taux directeurs, peut-être dès le printemps prochain, se sont renforcées. L’automne pourrait être une période difficile en termes de perspectives d’inflation si les tendances des prix de l’énergie et des denrées alimentaires recommencent à pousser les prix à la consommation à la hausse.

L’agence de notation Fitch Ratings a annoncé la rétrogradation du gouvernement fédéral américain de la note maximale AAA à AA+. Fitch a justifié cette décision par le fait que le relèvement du plafond de la dette fédérale n’a été décidé qu’à la dernière minute, ce qui a suscité la méfiance quant à la capacité du pays à assurer le service de sa dette. Dans les années à venir, l’évolution du déficit budgétaire américain et l’offre de bons du Trésor sur le marché risquent de peser sur les investissements en dollars. Le taux américain à 10 ans a augmenté de 0,15 point de pourcentage, tandis que le taux à deux ans est resté inchangé à 4,87 %.

En Europe, l’indice S&P 500 a baissé de 2,8 %. Toutefois, l’affaiblissement de l’euro a limité la tendance pour les investisseurs en euros, la variation en euros n’étant que de -0,4 %. Les marchés d’actions européens, quant à eux, ont chuté de 2,5 %, selon l’indice MSCI Europe. Le marché actionsdanois a été fortement stimulé par la hausse de 17 % du cours de la société pharmaceutique Novo Nordisk, suite à l’annonce de la mise sur le marché d’un médicament pour la perte de poids. Les actions des marchés émergents ont été les moins performantes, chutant de 4,8 % en euros. Leurs cours ont été plombés par le marché des actions chinoises.

Prec.
Jusqu’où la Chine peut plomber les marchés boursiers ?
Suiv.
Un point sur la crédibilité de la BCE
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.