L’actif le plus sûr au monde n’est plus…

Le président américain est rentré du sommet du G7 au Japon plus tôt que prévu afin de sortir de l’impasse sur la dette fédérale. Le sommet était d’une grande importance compte tenu du contexte économique et géopolitique mais la priorité absolue reste la politique interne et la question de la dette dont les conséquences iraient de « grave à catastrophique » selon les termes de Bill Gates. Pour un scénario de « défaillance prolongée », le Council of Economic Advisors suppose « des chocs négatifs sur la confiance des consommateurs et des entreprises qui imitent ceux qui ont eu lieu pendant la Grande Récession ».

Estimation des effets économiques par le Council of Economic Advisors

Source : https://www.whitehouse.gov/cea/written-materials/2023/05/03/debt-ceiling-scenarios/

Le président Joe Biden et le républicain Kevin McCarthy multiplient les rencontres à la Maison-Blanche pour discuter du relèvement du plafond de la dette américaine. Les deux parties restent en désaccord sur les réductions budgétaires exigées par les républicains comme condition au relèvement du plafond. En quittant le Japon, Joe Biden a déclaré aux journalistes que les propositions des républicains, qui contrôlent la Chambre des représentants, étaient « tout simplement, très franchement, inacceptables » et qu’il était temps que les républicains acceptent qu’il n’y ait pas d’accord bipartisan à conclure uniquement selon leurs conditions partisanes. Ils doivent eux aussi bouger.

Le 19 janvier 2023, le Trésor a annoncé une « période de suspension de l’émission de la dette » et a commencé à utiliser des « mesures extraordinaires » bien établies pour emprunter des fonds supplémentaires sans dépasser le plafond de la dette. Même si la situation a déjà été vécue, la situation reste complexe cette fois-ci car la polarisation de la vie politique aux États-Unis n’a jamais été aussi forte. Il faut noter que les États-Unis ont déjà vécu un traumatisme de cet acabit en 2011. Ils ont, en effet, été confrontés à une impasse politique lors des négociations sur le relèvement du plafond de la dette. Ce plafond fixe le montant maximum de dettes que le gouvernement fédéral est autorisé à contracter. Les désaccords entre les partis politiques ont créé une incertitude quant à la capacité des États-Unis à honorer leurs obligations de paiement de la dette à temps. Cette situation a suscité des inquiétudes quant à leur crédibilité financière et a conduit à une dégradation de la notation de crédit. En août 2011, l’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la notation de crédit des États-Unis de AAA (la note la plus élevée) à AA+, avec une perspective négative. Cette dégradation reflétait déjà les inquiétudes concernant la capacité du gouvernement à résoudre les problèmes fiscaux et à réduire le déficit budgétaire de manière efficace.

En 1979, des élus républicains et démocrates s’écharpaient déjà sur la question de savoir s’il fallait ou non relever le plafond…S’ils ont fini par trouver un accord de dernière minute, des erreurs administratives n’ont pas permis de sceller le compromis à temps. Résultat, les États-Unis n’ont plus été en mesure d’honorer leurs obligations pendant quelques jours. C’est la dernière fois que le pays s’est retrouvé en défaut de paiement.

Le plafond de la dette

Le plafond de la dette aux États-Unis est une limite de dépenses fixée par le Congrès. Il faut noter que ce plafond n’existe nulle part ailleurs. Dans les autres pays, il y a un budget qui est voté, et une fois que les dépenses sont votées, on s’endette si les recettes n’équilibrent pas les dépenses. Aux États-Unis, on vote un budget, avec éventuellement un déficit, et par ailleurs il y a un plafond de la dette qui limite le montant de l’endettement américain. Ce mécanisme n’a, en soi, jamais été une véritable limite comme dans tous les autres pays 

Dette versus PIB

Source : https://www.whitehouse.gov/cea/written-materials/2023/05/03/debt-ceiling-scenarios/

Mais il faut se souvenir que cette mesure du plafond de la dette date de la guerre de 1914. Elle avait été prise non pas pour compliquer mais pour faciliter la tâche du Trésor américain. Jusque-là, il devait demander le droit d’émettre chacune des dettes, chaque obligation, chaque titre d’endettement, et on a voulu lui faciliter la tâche en lui laissant la possibilité d’émettre, tant que cela ne dépassait pas un certain montant. Ce montant est le plafond de la dette dont on a hérité aujourd’hui. 
Depuis les années 60, le plafond de la dette a été relevé par le Congrès à 78 reprises.L’utilisation du plafond de la dette par les parlementaires comme instrument de pression pour inciter le gouvernement à réduire les dépenses n’a fait que se renforcer.

Historique du montant de la dette US

Source : BBC

Prec.
Sanso Espresso
Suiv.
Le dynamisme des services commencerait-il à s’essouffler ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.