Inflation | Les actualités économiques et financières

L’Armageddon anti-inflation terrorise les marchés

Les marchés ont-ils vendu la peau de l’inflation avant de l’avoir tuée ? C’est fort possible : malgré la baisse du pétrole, la hausse des prix continue de surprendre. En dépit de la remontée des taux, le marché de l’emploi ne faiblit pas aux Etats-Unis. Il soutient la consommation, qui à son tour nourrit l’inflation, celle tenace et dangereuse, qu’on appelle “core”. Un casse-tête pour Powell, qui connaît le parcours semé d’embuches de Volcker et sait que le plus dur l’attend…

En mai 1980, le taux de chômage remonte de 1% sous l’effet de la hausse des taux. La pression sociale et politique devient insoutenable : le Président de la Réserve Fédérale cède. Il fait machine arrière alors que l’inflation culmine à 15%. Erreur stratégique : les attentes d’inflation dérapent, la hausse des prix ne faiblit pas.

L’embrasement continue, l’eau n’a pas suffi, l’asphyxie est sans effet. Dos au mur, Volcker n’a plus qu’une solution : l’explosion. Il sature l’espace en oxygène : il porte les taux à 20%. Noyé d’air pur, le brasier se fait déflagration, si forte, (la récession qui s’ensuit, en 1981, est l’une des plus violentes) qu’il n’est plus rien à brûler. La déflagration a tout consumé, air autant que carbone.  L’inflation chute avec la contraction économique. Privé d’oxygène et de combustible, l’incendie est éteint mais l’édifice est dévasté.

Il ne faut pas croire que les taux directeurs à eux seuls garantissent la fin de l’inflation.

Si l’on compare la politique monétaire à une arme : les taux sont la poudre à canon. Le sabot est la récession, le chômage en est l’ogive. C’est en combinant les trois qu’on frappe la cible.

Jusqu’à présent, les banques centrales ont tiré à blanc. Quoique forte, la hausse des taux a été un coup de semonce relativement indolore pour l’économie, une manœuvre d’intimidation telle que celles que pratiquent les Mig ou Sukhoi russes en mer baltique, visant à contraindre l’économie à atterrir en douceur.

Mais les chiffres de cette semaine ont montré qu’il fallait désormais tirer à balle réelle.

Selon Olivier Blanchard, le seuil du taux de chômage à partir duquel l’inflation cesse de progresser (le fameux NAIRU pour “non accelerating inflation rate of unemployement) est désormais de 5% aux Etats-Unis, en raison de l’écart historique entre l’excès d’offre d’emploi par rapport à la demande (plus de 5 millions).

D’après l’ex-économiste en chef du FMI, afin que la FED l’emporte sur l’inflation, il faudrait que le chômage (3,6% actuellement) atteigne au moins 6%.

Depuis mardi, les investisseurs réalisent que les banques centrales risquent de devoir s’en remettre à cet Armageddon anti-inflation. Ils risquent donc de devoir rehausser leurs anticipations de taux terminaux (attendus aujourd’hui pour fin 2022 autour de 2,5% pour la BCE et entre 4 à 5% pour la FED) tout en réduisant davantage leurs attentes bénéficiaires. Au fur et à mesure de la prise de conscience d’un scénario récessif sévère, nous devrions désormais assister à une remontée paradoxale de la valorisation des actions au fur et à mesure de la dégradation des anticipations des bénéfices combinée à la hausse de la prime de risque. C’est le phénomène dit de « Molodovsky » que l’on observe souvent au fur et à mesure que l’on se rapproche du véritable point bas d’un bear market…

Texte achevé de rédiger le 16 septembre 2022 par Thomas Planell, CFA, Gérant – analyste.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Forces relatives : Le match de la semaine: “Growth” vs ” Value”
Suiv.
Macroscope : Leçon financière en pattes d’éléphant
Pour aller plus loin


1 kit Fibee
(une interview + une newsletter dédiée + diffusion de votre interview)
1 bannière
(748x90 en rotation pendant une semaine sur l'ensemble de nos supports)
10% de réduction
sur la commande d'un des services Fibee.

Vous gagnerez également un ticket pour le tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter un iPad Mini de dernière génération !

• Tirage au sort le vendredi 30 septembre à 17h00
• Une participation possible toutes les 24 heures
• Jeu réservé aux professionnels de la gestion d'actifs

Tentez votre chance !
En cochant cette case je confirme être un professionnel de la gestion d'actifs, j'accepte de recevoir les communications de fibee.fr et de participer au tirage au sort qui aura lieu le vendredi 30 septembre 2022.
Never
Remind later
No thanks