La bourse de Paris | La revue de presse économique et financière

Le CAC 40 immobile avant une grosse salve de résultats trimestriels

Agence SAND

Après avoir rétrocédé lundi (-0,81%) une partie des gains accumulés lors de la semaine précédente (+2,55%), le CAC 40 se fige ce mardi à la mi-journée dans un volume de transactions très resserré.

Dans un contexte toujours dominé par les craintes inflationnistes et la perspective d’un resserrement monétaire à venir de la part des banques centrales, l’heure est de nouveau à la retenue alors que de nombreux poids lourds de la cote s’apprêtent à publier leurs comptes trimestriels. “Les marchés sont encouragés par la qualité des publications [d’entreprises] dévoilées jusqu’à maintenant, mais le rythme de ces dernières va s’intensifier dans les jours à venir”, prévient ainsi Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC. Dans l’attente des résultats de Kering et Vinci ce soir, Carrefour et Sartorius Stedim Biotech mercredi ou encore Hermès, L’Oréal, Pernod Ricard, Eurofins Scientific et Vivendi jeudi, les investisseurs s’abstiennent de toute prise de risque, comme en témoigne le volume d’échanges de seulement 780 millions d’euros à 13h. Au même moment, le baromètre du marché parisien affiche une variation anecdotique (+0,07% à 6.677 points).

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
0
Shares
Dernières actualités économiques et financières
Trading | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Marchés financiers : analyses et perspectives pour la fin de l’année

Thanksgiving a marqué le début de la période des fêtes de fin d’année mais certains mouvements constatés sur les marchés financiers donnent l’impression que les investisseurs pensent déjà à l’année prochaine. Les interrogations sur la nature de l’inflation et l’attitude qu’adoptera la Réserve fédérale américaine (Fed) en 2022 restent primordiales et expliquent la volatilité importante des obligations gouvernementales. La situation sanitaire apparaît une fois de plus (la cinquième !) comme le trouble-fête en Europe. Des tensions géopolitiques, plus ou moins graves, ressurgissent. Le scénario économique reste malgré tout favorable.