FiBee | La veille économique et financière

Le changement climatique est aussi une question sociale

La reconnaissance des menaces représentées par le changement climatique favorise la transition vers une économie à faible émission de carbone. Le soutien à l’accord de Paris et aux objectifs de développement durable des Nations unies témoigne de cette prise de conscience. De nombreux pays, secteurs et entreprises sont moins dépendants des combustibles fossiles et développent des sources d’énergie plus propres et renouvelables.

Chaque secteur d’activité a besoin d’énergie, ce qui signifie que l’abandon des combustibles fossiles au profit de solutions à faible émission de carbone aura un impact mondial considérable. Les questions environnementales et sociales sont toutefois intimement liées. S’il n’est pas freiné, le changement climatique aura un effet négatif tangible sur les vies humaines. Le changement climatique est une question de droits de l’homme autant qu’une question environnementale.

Pour minimiser les risques et maximiser les opportunités, les investisseurs doivent encourager une « transition juste ». Celle-ci vise à garantir que chacun partage les bénéfices de la transition vers un monde à faible émission de carbone, y compris les travailleurs, les communautés et les consommateurs. Cela signifie qu’il faut combiner une action urgente pour lutter contre le changement climatique avec une attention soutenue pour favoriser des conditions de travail décentes, réduire les inégalités et faire respecter les droits de l’homme. Nous présentons ci-dessous quelques domaines clés à prendre en compte par les investisseurs.

Les travailleurs vulnérables

L’une des principales préoccupations liées au passage à une économie à faible émission de carbone est l’effet que ce passage aura sur les travailleurs. Avec l’évolution des sources d’énergie, certains emplois deviendront obsolètes et d’autres seront créés. Le passage à des sources d’énergie plus propres créera des emplois dans des domaines tels que les infrastructures et les transports. Mais les travailleurs des industries à forte émission de carbone ont besoin d’un soutien pour se recycler ou se reconvertir dans de nouveaux domaines.

Si nous laissons les travailleurs pour compte, les effets économiques et sociaux pourraient être considérables. Ces effets pourraient notamment se traduire par une hausse du chômage, une augmentation des demandes d’aide sociale et une mauvaise santé. Toutefois, l’histoire a montré qu’il est possible de réussir une transition inclusive. La Ruhr, en Allemagne, par exemple, était autrefois tributaire de l’industrie du charbon. Elle s’est depuis restructurée pour devenir un centre clé de l’industrie, de la technologie et de la recherche environnementales.

Les travailleurs de la chaîne d’approvisionnement pourraient également être confrontés à des tensions supplémentaires à la suite de la transition. Par exemple, une part importante du cobalt mondial provient de la République Démocratique du Congo. Or, le travail des enfants et les droits de l’homme suscitent depuis longtemps des inquiétudes dans ce pays. Le cobalt est un composant essentiel des batteries, qui sont indispensables aux véhicules électriques. Les abus dans la chaîne d’approvisionnement en cobalt risquent d’augmenter avec la hausse de la demande de cobalt. Toutefois, il est également possible de tirer parti de cette demande accrue pour relever les normes et créer des chaînes d’approvisionnement plus stables et durables.

Pour minimiser les risques et maximiser les opportunités, les investisseurs doivent encourager une « transition juste ».

Droits fonciers et consentement des populations locales

Au fil des ans, l’industrie minière a acquis la mauvaise réputation d’exploiter les populations au sein desquelles elle opère. Cela peut provoquer des conflits entre les populations et entraîner des retards, des arrêts de projet et des pertes d’activité. À mesure que les activités liées aux énergies renouvelables s’installent dans cet espace – en utilisant des terres pour construire des parcs éoliens ou des centrales hydroélectriques, par exemple – il est important de veiller à ce que le respect des droits de l’homme soit une priorité. Les opérateurs doivent utiliser des méthodes appropriées pour obtenir les droits fonciers et le consentement des populations. L’enthousiasme que suscite l’amélioration des normes environnementales peut inciter les entreprises et les gouvernements à négliger les considérations relatives aux droits de l’homme. Le secteur des énergies renouvelables pourrait alors subir les mêmes coûts opérationnels et de réputation que ceux subis historiquement par les industries minières. Par ailleurs, les industries des énergies renouvelables peuvent tirer des enseignements des défis rencontrés par le passé et de la manière dont d’autres ont réussi à gérer les relations avec les populations locales. Cela leur permettrait de mettre en œuvre les meilleures pratiques et de capitaliser sur les opportunités commerciales.

L’accès à l’énergie

La réponse au changement climatique nécessite une transition mondiale vers des sources d’énergie à faible émission de carbone. Mais nous devons aussi reconnaître que les pays et les régions avanceront à des rythmes différents et rechercheront des solutions différentes à cet objectif. Ces différences peuvent provenir de diverses causes, notamment des problèmes d’infrastructure, de l’absence de conditions favorables aux énergies renouvelables ou de la pression des coûts.

Le consommateur est un acteur essentiel de la transition vers une économie à faible émission de carbone. Le maintien de l’accès à l’énergie doit être une priorité, non seulement par la facilitation des infrastructures et des réseaux, mais aussi par des stratégies de tarification équitables et abordables. Pour les entreprises du secteur de l’énergie, cela a un effet direct sur leur stratégie commerciale et leur viabilité financière.

La sécurité alimentaire

Il existe un lien étroit entre les secteurs de l’alimentation et de l’énergie. La production et la distribution de denrées alimentaires représentent environ 30 % de la consommation d’énergie dans le monde. La mécanisation et l’industrialisation de l’industrie alimentaire ont augmenté l’utilisation de l’énergie, mais ont également amélioré de manière significative les rendements et les capacités de distribution. Le passage à des sources d’énergie renouvelables pour la production alimentaire pourrait offrir des possibilités importantes. Il s’agit notamment de réduire les émissions de carbone et les coûts d’exploitation, et de dissocier les prix des denrées alimentaires des prix du pétrole.

La transition vers une économie à faible émission de carbone est essentielle pour l’avenir à long terme de l’environnement et de la société. Les effets humains de cette transition pourraient être considérables. Les investisseurs doivent essayer d’influencer et d’investir dans des entreprises qui favorisent une « transition juste ». Cela pourrait améliorer les profils de rendement par rapport au risque à long terme, tout en garantissant un avenir plus durable et inclusif pour tous.

Cet article a été publié dans Portfolio Adviser le 26 mars 2021.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publications similaires
FiBee | La veille économique et financière
+ PLUS

Croissance : une accélération attendue dès le 1T21 aux Etats-Unis

Pandémie : 300 millions de doses ont été inoculées dans le monde. Toutefois les différences de vitesse persistent. Dans l’Union Européenne, dont la progression de vaccinations a été ralentie par le manque de doses, la bonne nouvelle est l’accroissement significatif des doses dans les semaines à venir. Ceci devrait permettre à la région d’accélérer de manière conséquente le nombre de personnes vaccinées. Néanmoins, le défi logistique reste importante pour changer de régime de vaccination dans la zone. Politique: Le Sénat américain a adopté ce weekend le plan de soutien adopté par la Chambre des représentants. Le plan est très proche de l’objectif de 1900 milliards de dollars (9% du PIB) initialement prévu. Il a été adopté par la seule majorité Démocrate. Quelques modifications ont toutefois été adoptées, notamment en réduisant le montant de l’allocation chômage supplémentaire, qui passerait de 400 dollars à 300 dollars par semaine, ainsi que la limite de revenu pour recevoir les 1400 d..