Biotechs | La revue de presse économique et financière

Le Delta continue sa progression et inquiète

Agence SAND

La quatrième vague de contagions de cette pandémie continue de prendre de l’ampleur dans le monde. Cette dynamique devrait se poursuivre dans les semaines qui viennent. Pour l’instant, comme on peut le voir, dans les pays fortement vaccinés, alors que les contagions montent, les formes sévères voir les décès, tout en montant, restent beaucoup plus faibles que lors des épisodes passés.

Evidemment il faut rester prudents. En ce sens, en Israël, un des pays les plus avancés dans sa campagne de vaccination avec 60% de sa population complétement vaccinée, les résultats préliminaires d’une étude sur l’évolution des récentes contagions de la souche Delta semble indiquer que l’efficacité du vaccin (essentiellement avec le vaccin Pfizer/BioNTech) sur les personnes les plus âgées (plus de 50 ans) serait moins efficace. Toutefois à ce stade il n’y a pas de chiffre précis. De même au Royaume-Uni, les statistiques sur l’âge des personnes contaminées et des cas grave ou les décès montrent que les contagions touchent dans une grande majorité les jeunes, alors que les décès sont concentrés sur les personnes les plus âgées. Les scientifiques devront déterminer si une nouvelle campagne de vaccination devra se mettre en place pour les personnes les plus âgées de la population.

Cependant, pour l’instant, outre quelques mesures ponctuelles et des freins à la mobilité internationale des personnes, il est difficile d’envisager que nous nous dirigeons des nouvelles mesures fortes de confinement comme celles que nous avons connues lors des vagues précédentes. En ce sens, l’activité devrait continue de reprendre et la croissance rester robuste dans le monde développé du moins ceux avec des taux de vaccination élevés.

La bonne nouvelle est que les taux de vaccination continuent à monter, même si on constate toujours la difficulté de nombreux pays émergents à se procurer et organiser les campagnes de vaccination. L’Asie en particulier reste à la traîne, notamment le Sud-Est asiatique, hors Singapour.

Vaccinations : malgré des fortes différences, la vaccination progresse

Les marchés restent en situation de « risk-off », avec notamment des craintes sur la croissance qui serait freinée par la progression de la souche Delta du virus.  En effet, si d’aventure des nouvelles restrictions fortes à la mobilité venaient à être imposées pour faire face à la contagion, il est évident que la dynamique de croissance actuelle serait cassée. Toutefois, la réalité que nous avons devant nous nous indique que les vaccinations permettent de protéger les populations, limitant très fortement les cas grave et donc le besoin de restreindre fortement la mobilité des personnes et des activités économiques.

Néanmoins, le marché semble se focaliser sur toute information qui viendrait valider cette crainte. Ainsi, les données sur la confiance des ménages au travers de l’enquête de Université du Michigan aux Etats-Unis qui ont montré un recul de celle-ci en juillet ont de nouveau alimenté les craintes sur la croissance.

En fait, les mesures sur la confiance des ménages américains a jusqu’ici eu du mal à remonter la pente du choc de la pandémie. En partie, ceci traduit un sentiment extrêmement polarisé en terme d’alignement politiques. Les électeurs Républicains, en particulier semblent en effet marquer le coup de la défaite de Trump à l’élection présidentielle et ont très peu réagit à l’amélioration de la situation économique sur la période récente.

Etats-Unis : la confiance des consommateurs fortement politisée

Toutefois, la baisse de la confiance semble donner un message qui doit inquiéter sur l’impact de la hausse des prix de certains produits sur le comportement de consommation des ménages. Ainsi, la volonté d’effectuer des gros achats (automobiles, notamment) a chuté. Ceci pourrait devenir un facteur de contrainte dans les mois à venir.

Certes les contraintes qui pèsent sur l’offre aujourd’hui devraient se dissiper graduellement et permettre une « normalisation » dans l’évolution des prix. Toutefois, ceci est un facteur qui peut venir contraindre la croissance.

Ainsi, à ce stade, on peut plus s’inquiéter plus sur l’évolution de l’inflation que sur la progression de la pandémie. Le marché ne pense forcement cela.

Toutefois, il n’y a pas d’enquête qui nous montre pas les tensions qui se développent aux niveau des prix. Celles-ci touchent pour l’instant surtout les biens et le secteur industriel. 

Etats-Unis : les enquêtes auprès du secteur industriel continuent de souligner les pressions sur les prix

Toutefois, à mesure que les économies s’ouvrent, notamment aux Etats-Unis, nous devrions constater des évolutions similaires sur les services même si de moindre ampleur.

En tous les cas, les efforts faits par certains pour minimiser l’évolution de l’inflation, en essayant d’exclure tout ce qui peut l’être pour montre qu’il n’y a pas lieu d’inquiétude à avoir, semble pour le moins surprenante. Même en excluant, les très forts contributeurs à la hausse des prix récente nous restons dans une situation historiquement troublante, du moins par rapport au passé récent.

Etats-Unis-même en excluant les variations extrêmes la hausse des prix est historiquement élevée

Nous le savons tous, certains des hausses de prix seront temporaires aux Etats-Unis, elles reflètent la difficulté d’adaptions de l’offre à une poussée rapide et très forte de la demande, en partie provoquée par une stimulation sans précédent de la politique économique.

L’idée que tout ceci est temporaire et que la « normalité » sera retrouvée très vite semble peu prudente. En ce sens, les taux longs semblent être transportés vers les abysses par une croyance trop forte que la politique monétaire restera extrême pour toujours.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
5
Shares
Publications similaires