Le marché haussier peut-il se poursuivre ? Trois facteurs à surveiller

Après quatre semaines de hausse, les marchés ont marqué un temps d’arrêt la semaine dernière, malgré les excellents résultats de NVIDIA, la coqueluche de l’intelligence artificielle (IA). Sur l’ensemble de l’année, le S&P 500 est toujours en hausse d’environ 10 %, et nous pensons qu’une certaine consolidation après une forte progression au cours du mois dernier est un signe sain.
 

Dans l’ensemble, la dynamique des marchés reste tirée par les grandes capitalisations technologiques, mais nous avons constaté un début d’élargissement dans les secteurs cycliques et en particulier sur les marchés internationaux, qui ont joué un rôle de rattrapage ces dernières semaines. Nous pensons que l’élargissement devrait se poursuivre, car l’inflation pourrait continuer à ralentir, la croissance des bénéfices se poursuit et les gains liés à l’intelligence artificielle se font finalement sentir dans tous les secteurs.
 

Les marchés ont subi une modeste correction de 5 % en avril, mais, selon nous, ce ne sera probablement pas la dernière correction de l’année. Pour les investisseurs à long terme, la question essentielle est de savoir si ces accès de volatilité se transformeront en marchés baissiers plus profonds ou plus longs. Nous ne voyons pas encore la possibilité d’une telle évolution, et nous continuons à surveiller trois facteurs clés pour déterminer si le marché haussier a encore des jambes : 

  • la trajectoire de la Fed et de l’inflation.
  • la croissance de l’économie et des bénéfices, et ;
  • le caractère durable du commerce des technologies.

Dans l’ensemble, nous pensons que le marché haussier qui a débuté en octobre 2022 se poursuivra peut-être dans les années à venir, sous l’impulsion des trois principes fondamentaux décrits ci-dessus. N’oubliez pas qu’historiquement, les marchés haussiers sont plus longs et plus solides que les marchés baissiers (marchés en baisse de 20 % ou plus). En fait, depuis 1946, le marché baissier moyen du S&P 500 a duré environ 16 mois, avec des baisses moyennes de 34 %, tandis que le marché haussier moyen a duré environ 5,6 ans, avec des gains moyens de 192 %. Même si l’on exclut les deux marchés haussiers les plus longs, le marché haussier moyen dure environ 4,3 ans et enregistre des gains de 125 %. Étant donné que le marché haussier actuel a débuté il y a un peu plus d’un an et demi et que l’indice S&P 500 a progressé d’environ 48 % au cours de cette période, l’histoire nous indique que nous avons encore du temps devant nous et que les prix peuvent encore s’apprécier. Nous continuons à recommander de surpondérer les actions américaines à grande et moyenne capitalisation, en équilibrant les secteurs de croissance et les secteurs de valeur et cycliques. Selon nous, bien que les rendements aient été étroits et concentrés dans le secteur technologique au début, la diversification sera probablement un thème clé au fur et à mesure que le marché haussier se poursuivra et arrivera à maturité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
La SEC approuve les ETF sur l’Ether : un nouveau chapitre pour l’adoption de la cryptomonnaie
Suiv.
Baisse des taux directeurs : La BCE ne peut plus reculer
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.