Le PIB britannique échappe à la contraction

Le PIB britannique s’est accru de 0,1 %, porté par le rebond de l’activité du mois de janvier. Pour la suite, février et, surtout, mars avec un repli de 0,3 % du PIB mensuel, ont été médiocres. L’acquis de croissance pour le deuxième trimestre ressort ainsi à -0,1 %, un chiffre que les mouvements sociaux et les jours fériés liés au couronnement pourraient encore abaisser.

Autre source de circonspection, la consommation des ménages a littéralement stagné. Sur un an, elle n’a finalement cru que de 0,2 %, plutôt en ligne avec ce qui a été observé dans les autres pays occidentaux. De même, les exportations se sont, de nouveau, fortement repliées. Ce sont donc les investissements des entreprises et, moins anecdotique qu’il n’y paraît, la contribution des « acquisitions moins cessions d’objets de valeur » (+1,9 point de croissance trimestrielle !) qui ont constitué les principaux soutiens à la croissance du premier trimestre.

L’économie britannique échappe à la récession antérieurement envisagée par la Banque d’Angleterre mais offre, pour l’heure, bien peu de raisons de satisfaction. Le reflux de l’inflation est impatiemment attendu.

Prec.
Pourquoi ce coup de mou de la Bourse chinoise ?
Suiv.
Le Trésor se heurte au plafond de la dette
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.