Votre outil de veille de l'actualité économique et financière.
Pétrole | La veille économique et financière

Le prix du baril de pétrole pourrait dépasser les 100$ début 2022

Expert du marché des hydrocarbures, Benjamin Louvet craint qu’à la crise sanitaire se succède une crise pétrolière, tant le déséquilibre entre la demande vivement repartie et l’offre, contrainte par le manque d’investissements depuis des années, devrait se creuser.

Revenu à des sommets depuis octobre 2018, les cours des principales références mondiales de brut ne cessent de profiter des signaux de reprise de la demande, sous l’effet des réouvertures des économies, alors que le gros de la crise sanitaire semble désormais derrière nous. Mais alors que plusieurs observateurs affirmaient après le krach historique de mars dernier que la demande mondiale ne retrouvera peut-être jamais son niveau d’avant-crise, l’Agence internationale de l’Energie a indiqué cette semaine qu’elle voyait celle-ci atteindre un nouveau pic historique… dès le quatrième trimestre 2022. De l’autre côté, l’offre ne repartira clairement pas aussi vite, limitée par le manque criant d’investissements des groupes pétroliers depuis plusieurs années. Analyse de Benjamin Louvet, gérant matières premières chez Ofi Asset Management.

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publications similaires
Pharmaceutique | La veille économique et financière
+ PLUS

Les impacts de la crise sanitaire sur le secteur de la santé

L’année 2020 a été agitée, et cela a finalement aussi été le cas pour la santé. La performance de ce secteur cache des réalités diverses, avec des groupes qui ont nettement bénéficié de la crise sanitaire (le segment des diagnostics notamment), et d’autres qui ont souffert des confinements successifs et/ou des tensions dans les hôpitaux (orthopédie par exemple, avec la déprogrammation des opérations non urgentes). Puis, avec l’arrivée des vaccins, les cartes ont été sensiblement redistribuées entre tous ces acteurs sur la deuxième partie de l’année, avec un phénomène de rotation similaire à ce qu’on a pu observer sur les marchés en général. Lire la suite Source : Tocqueville Finance advertisement: Cette actualité est fournie par Fibee App