Le repli de l’inflation touche à sa fin et ça se complique

Alors que le cycle de hausse des taux directeurs touche son terme, à quoi s’attendre ? Dans un scénario idéal, largement plébiscité par le consensus de marché, les institutions internationales et monétaires, les banques centrales seraient sur le point de réussir leur pari, à savoir : la maîtrise de l’inflation sans casser la croissance. 2024 serait, ainsi, une année d’amélioration graduelle de la conjoncture mondiale, de repli persistant de l’inflation et de détente monétaire, comme rappelé cette semaine par la Commission européenne, et, plus tôt cet été, par le FMI.

Sur fond de repentification de la courbe des taux, déjà amorcée, un tel scénario dégagerait l’horizon des marchés. Favorable à une amélioration des perspectives, il justifierait une allocation d’actifs plus exposée au risque, actions cycliques en tête, voire aux marchés émergents, au blason redoré par la triple perspective d’un repli des taux d’intérêt, du dollar et d’une remontée de la demande de matières premières. En somme, l’amorce d’un nouveau cycle, à l’instar des réactions à la validation par Mme Lagarde de l’arrêt des hausses de taux directeurs de la BCE ce jeudi.

Pour autant, les chances que les choses se déroulent de la sorte sont, de prime abord, assez faibles. Notre analyse n’accorde pas plus de 15 % de chances à une telle éventualité, ce qui n’est, assurément, pas beaucoup. Il y a une raison principale à cette conclusion : la normalisation des conditions monétaires n’est pas complète. Si l’on est tenté de s’en réjouir, tant les conséquences d’une poursuite du resserrement en cours pourraient être délétères, ce point de départ a de nombreuses implications sur les perspectives, en particulier celle de réduire significativement le potentiel d’expansion à venir. Comment les choses pourraient-elles donc se dérouler ?

Prec.
On n’y voit rien !
Suiv.
Et pendant ce temps-là…
Plus de publications