Le S&P 500 dépasse pour la première fois les 5000 points

Cette semaine, le S&P 500 a franchi la barre des 5 000 points, un nouveau record pour l’indice considéré comme la principale jauge des grandes capitalisations américaines. Bien que 5 000 soit un chiffre arbitraire et un simple seuil psychologique qui attire l’attention, il symbolise la force et la résistance du marché face à un ajustement des taux d’intérêt d’une ampleur historique.

Il y a un an à peine, les craintes d’une récession étaient au premier plan. L’économie ayant déjoué les pronostics de ralentissement et les actions ayant progressé d’environ 20 % au cours des trois derniers mois, les investisseurs s’interrogent sur la suite des événements. 

Les hausses de taux de la Fed ont-elles eu un impact sur l’économie ?


Bien qu’il soit impossible de le savoir en examinant les dépenses de consommation, le cycle de hausse des taux le plus agressif de la Fed depuis 40 ans a eu un impact sur le ralentissement de l’activité économique. Le logement et l’industrie manufacturière, deux des secteurs de l’économie les plus sensibles aux taux d’intérêt, ont été mis sous pression. L’activité dans le secteur du logement a soustrait à la croissance économique pendant neuf trimestres consécutifs, mais elle est devenue légèrement positive au cours du dernier trimestre. Quant à l’indice ISM[1] des directeurs d’achat (PMI[2]), qui mesure l’activité manufacturière, il est en contraction depuis 15 mois consécutifs. En outre, le stress de certaines banques régionales et de l’immobilier commercial était une vulnérabilité révélée après l’ajustement brutal des taux d’intérêt.

La Fed s’apprêtant désormais à s’orienter vers des baisses de taux, les perspectives de ces[3] secteurs s’éclaircissent peu à peu.  Le taux hypothécaire moyen à 30 ans a baissé d’environ 1,1 % par rapport à son niveau le plus élevé aux US, l’enquête NAHB[4] sur le moral des constructeurs de logements a progressé et la pénurie de logements contribue à stabiliser l’activité. Dans le secteur manufacturier, les commandes augmentent désormais plus vite que les stocks, et le ratio entre les deux, qui tend à devancer l’indice PMI d’environ trois mois, suggère une accélération de l’activité et un retour à l’expansion dans les mois à venir.

La récession est-elle annulée ?

Il semblerait (le conditionnel est de mise) que la fenêtre d’atterrissage brutal ou de récession semble se refermer à mesure que la politique de la Fed devient progressivement moins restrictive. Cela ne veut pas dire qu’un atterrissage en douceur ou l’absence d’atterrissage est inévitable, mais l’économie continue de s’éloigner des scénarios les plus pessimistes, selon moi. Dans la dernière enquête d’opinion des agents de crédit (SLOOS) publiée la semaine dernière, un pourcentage plus faible de banques a fait état d’un resserrement des conditions de crédit, ce qui suggère peut-être que le creux du cycle de crédit est dans le rétroviseur. Alors que les dépenses de consommation semblent sur le point de ralentir, d’autres secteurs de l’économie pourraient se réaccélérer au cours du second semestre de l’année, ce qui constituerait un contrepoids.

Parmi les autres évolutions encourageantes, la hausse de la productivité permet aux coûts unitaires de main-d’œuvre (ce que les entreprises paient à leurs employés pour produire une unité de production) d’augmenter moins que prévu. À 2,3 %, l’augmentation des coûts de main-d’œuvre par rapport à l’année précédente suggère que la Fed n’a pas besoin d’un ralentissement majeur de la création d’emplois et d’une augmentation du chômage pour atteindre son objectif d’inflation. En définitive, les perspectives de croissance et d’inflation restent favorables, ce qui n’exclut évidemment pas des périodes de volatilité et de correction, fréquentes après de fortes hausses des marchés comme celle que nous avons connue au cours des trois derniers mois. Je pense que tout ralentissement économique sera modéré et que le marché haussier restera intact cette année.

Un élargissement du leadership du marché se matérialisera-t-il ?

L’année dernière, un groupe restreint de valeurs technologiques à forte capitalisation a été à l’origine de la plupart des gains du S&P 500, grâce à l’enthousiasme croissant suscité par l’IA. L’une de mes attentes pour cette année est que les segments du marché qui sont restés à la traîne commencent à rattraper leur retard et que le leadership s’élargisse. Jusqu’à présent, au cours des six premières semaines de l’année, ce sont certains des suspects habituels qui ont mené les gains (NVIDIA, Meta et Eli Lilly). Seuls trois des onze secteurs du S&P 500 affichent des performances supérieures à celles de l’indice (services de communication, technologie et soins de santé), tandis que les petites et moyennes capitalisations n’ont pas été en mesure de rattraper leur retard. 

Même si le statu quo se maintient en ce début d’année, des signes encourageants indiquent que davantage d’actions commencent à participer à la reprise. Le secteur industriel, sensible à la croissance, et les constructeurs immobiliers, sensibles aux taux d’intérêt, atteignent désormais de nouveaux sommets, tandis que les valeurs financières ne sont que légèrement à la traîne du S&P 500, malgré les inquiétudes renouvelées concernant les banques régionales et locales. Je pense qu’une rotation des méga-capitalisations technologiques vers des investissements cycliques et de style “value” est toujours possible en cours d’année, en particulier si la Fed réduit ses taux pour les bonnes raisons (amélioration de l’inflation plutôt que ralentissement de la croissance), comme je le prévois. 

Les actions internationales : risque ou opportunité ?

Je pense que la diversification internationale a toujours du sens et recommande aux investisseurs de s’en tenir à leur allocation stratégique pour l’instant. Certains indices, comme le DAX allemand et le CAC français, atteignent de nouveaux records, tandis que le Nikkei japonais a atteint son plus haut niveau depuis 34 ans. En revanche, l’indice MSCI Chine est à 60 % de son pic de 2021, en raison de l’aggravation des problèmes immobiliers dans le pays. Publié la semaine dernière, l’IPC[5] de janvier en Chine a baissé au rythme le plus rapide depuis 2009, et l’indice des prix à la production est resté en déflation pour le 16e mois consécutif, mettant en évidence la faiblesse de la demande dans le pays.

Dans l’ensemble, les marchés d’actions internationaux sont fortement décotés par rapport aux actions américaines et offrent des rendements en dividendes plus attrayants. Ils pourraient également bénéficier d’un éventuel affaiblissement du dollar américain. Toutefois, je pense que les valorisations plus faibles sont en partie justifiées par le ralentissement de la croissance de l’économie et des bénéfices. En Europe, la croissance a stagné, le PIB oscillant autour de zéro au second semestre 2023, et les perspectives de la Chine dépendent de la volonté des décideurs politiques de fournir un soutien politique à grande échelle.

En définitive, les actions internationales ont également le potentiel de rattraper leur retard après une longue période de sous-performance. Mais cette valeur ne pourra être libérée que lorsque la croissance mondiale s’accélérera à nouveau.

Termes et définitions
1. ISM. L’indice ISM, également connu sous le nom de rapport sur l’activité manufacturière de l’Institute for Supply Management (ISM),…
2. PMI. L'indice PMI (Purchasing Managers' Index) est un indicateur mensuel qui mesure la performance des secteurs de l'industrie manufacturière et des services.
3. Consumer Expectations Survey ( ces ) Le Consumer Expectations Survey (Enquête sur les Attentes des Consommateurs) est une enquête périodique qui vise à mesurer les attentes et les perceptions des ménages concernant différents aspects économiques, tels que l'inflation, les dépenses de consommation, le revenu disponible, le crédit, l'épargne et l'emploi.
4. NAHB. L'enquête NAHB fait référence à l'indice NAHB/Wells Fargo du marché du logement (HMI), qui est basé sur une enquête mensuelle auprès des membres de la National Association of Home Builders
5. Indice des prix à la consommation ( IPC ) L’indice des prix à la consommation (IPC) est un indicateur économique qui mesure l’évolution des prix des biens…
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Le dragon de bois attise les braises du crédit allemand
Suiv.
Concours des CGP : Nice to meet you Bertrand ZILLER !
Plus de publications