L’effort budgétaire de la France va devoir être très important

Les prévisions de déficit public en France (programmation des finances publiques pour la période 2023-2027 publiée en décembre 2023) ont été réalisées avec des hypothèses très optimistes de croissance : 1,4 % en 2024, 1,7 % en 2025 et 2026 et 1,8 % en 2027. Avec cette hypothèse de croissance, le déficit public serait ramené de 4,9 % du PIB en 2023 à 4,4 % du PIB en 2024, 3,7 % du PIB en 2025, 3,2 % du PIB en 2026 et 2,7 % du PIB en 2027.

La dépense publique croîtrait en moyenne de 0,6 % en volume de 2023 à 2027.

La difficulté viendra de l’hypothèse faite pour les gains de productivité. Ils passeraient de + 0,1 % en 2023 à + 0,5 % en 2024, + 0,4 % en 2025
et 2026, + 0,5 % en 2027.

La productivité par tête, durant l’année 2023, est restée constante.

La prévision du gouvernement inclut la poursuite d’une croissance forte du taux d’emploi (l’emploi croîtrait de 0,7 % en 2024, de 1,3 % par an de 2025 à 2027).

Mais si le taux d’emploi croît rapidement, la proportion de salariés non qualifiés dans la population active va continuer à progresser, ce qui, joint avec les autres causes de faiblesse des gains de productivité, provoquera probablement une poursuite de la stagnation de la productivité. Si la productivité du travail est stable de 2024 à 2027, au lieu de croître de manière cumulée de 1,8 point, et même si l’hypothèse de croissance des dépenses publiques est satisfaite, le déficit public sera de 3,7 % du PIB en 2027, pas de 2,7 % du PIB.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Trois signes qui montrent que les marchés vont continuer à grimper
Suiv.
La folie Nvidia
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.