L’épuisement des thématiques cycliques ouvre la voie à une nouvelle phase

Après plus d’un an de forte reprise, les investisseurs ont arrêté d’être positivement surpris par la force de la reprise économique. La reprise est en effet largement dans les cours. De plus, certains facteurs limitent l’activité, dont le variant Delta et les goulets d’étranglement. Mais au-delà de ces incertitudes de court terme, la foi dans la poursuite d’une dynamique fondamentalement positive devrait l’emporter. Celle-ci va en effet se nourrir de la vaccination généralisée, du relâchement progressif des contraintes d’offre, de la situation financière exceptionnelle des ménages occidentaux et des plans publics d’investissement. Après une année de bonnes surprises, un scénario de déception à la 2011/2012 semble donc assez peu probable.

Quant aux banques centrales, elles visent essentiellement à accompagner la reprise en stimulant la psychologie reflationniste. La réussite de cette stratégie se vérifiera, le cas échéant, par une remontée progressive des taux à long terme, signe d’un ré-ancrage des anticipations de croissance et d’inflation à un niveau plus élevé. Ce n’est pas encore le cas : au contraire, les taux à long terme ont récemment rebaissé. Une des conditions nécessaires à cette réussite est le maintien de taux à court terme quasi nuls pendant longtemps encore. Les politiques d’achat d’actifs seront cependant ajustées prudemment et progressivement.

Sur les marchés des actions, l’axe cycliques/défensives sur lequel s’est joué les performances relatives en bourse depuis plus d’un an est de moins en moins prégnant. La conviction dans la reprise est en effet à la fois solide et largement dans les cours. En attendant d’identifier les nouveaux axes de dispersion des performances, il nous semble pertinent d’équilibrer les portefeuilles en se réexposant à certains types de valeurs dont les valorisations ont significativement baissé depuis plusieurs mois. C’est le cas des GAFAM dont le PER a baissé de près de 7 points depuis septembre 2020, alors que d’autres superstars, comme les champions français du luxe et de la cosmétique, voyaient leur valorisation s’envoler. Une position longue en faveur des GAFAM constitue aussi une couverture en cas de problème plus sérieux que prévu du côté du variant Delta, les champions de la numérisation étant plutôt gagnants en cas de persistance des restrictions d’activité.

Enfin, et même si les débats font rage sur ses modalités, il fait peu de doute que la transition énergétique sera la grande affaire de la décennie qui s’ouvre. Ce thème fait partie des axes autour desquels les performances boursières pourraient s’organiser. Mais la transition énergétique doit être jouée subtilement pour éviter l’écueil des bulles spéculatives dont par exemple les valeurs GreenTech ont été l’objet à la fin de l’année dernière. Nous prônons une exposition à ce thème qui soit diversifiée géographiquement et sectoriellement, et en privilégiant les sociétés dont le niveau de  gouvernance est suffisamment convaincant.

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires