Actions | FiBee : La revue de presse économique et financière

Les actifs risqués terminent le semestre en fanfare

Agence SAND

La semaine a marqué la fin du premier semestre 2021 avec de fortes performances pour les actifs risqués, notamment pour les actions européennes et américaines qui progressent de plus de 15% sur la période, respectivement en euro et dollar.

Ces derniers jours, l’évolution de la pandémie a repris de l’ampleur sur les marchés qui ont hésité entre la poursuite de la réouverture économique et de la vaccination pour certains pays et la diffusion du variant Delta à travers le monde. L’Asie fait ainsi face à de nouvelles contraintes sanitaires locales, qui, couplées à des statistiques économiques plus faibles qu’attendu, ont pesé sur les performances. En Europe, où la vaccination est plus importante, l’exemple du Royaume-Uni est rassurant car l’accélération des contaminations ne se traduit pas, pour l’instant, par une augmentation excessive de nouveaux cas en soins intensifs ou de décès. Cela n’a cependant pas empêché les valeurs cycliques et plus sensibles au tourisme international de sous-performer dans ce nouveau contexte d’incertitude, alors que les divers indicateurs de confiance des consommateurs et de sentiment des investisseurs ont confirmé la poursuite du rebond économique de la zone euro. Seules les valeurs américaines ont tenu bon, grâce, notamment, à la publication de l’indicateur de confiance des consommateurs du Conference Board de juin à 127.3 contre 119 attendu. Là aussi, l’embellie conjoncturelle se poursuit. Les futurs chiffres concernant la capacité à trouver du travail seront déterminants pour évaluer le timing et l’intensité du resserrement monétaire qu’adoptera la Fed. Cela pousse le dollar à la hausse alors que les doutes sur l’évolution de la pandémie maintiennent toujours les taux sur des niveaux bas. Le mouvement d’aversion au risque au cours de la semaine se reflète dans une baisse de presque 10bps des taux 10 ans américain et allemand.

Dans ce contexte, le scénario de reprise économique avec le retrait progressif des contraintes sanitaires dans beaucoup de pays, notamment développés, ne nous semble pas remis en cause. Nous conservons donc notre neutralité sur les actifs risqués avec une préférence pour les actions européennes et chinoises. Sur les taux, nous restons prudents sur les obligations gouvernementales et privilégions le crédit.

ACTIONS EUROPÉENNES

Au cours de la semaine, les marchés européens ont évolué au gré des interrogations sur l’évolution de la situation sanitaire (variant Delta) et des données économiques toujours très rassurantes.

En zone euro, l’indice PMI manufacturier a ainsi atteint son plus haut niveau d’activité historique à 63.4 en juin après 63.1 en mai. La semaine clôture aussi le premier semestre au cours duquel les indices boursiers européens ont affiché des performances solides, en particulier le CAC 40 (+17%) qui signe sa meilleure performance pour le premier semestre depuis 1998.

La semaine a aussi été marquée par le relèvement des perspectives de plusieurs entreprises dont les résultats sont portés par la réouverture de l’économie et par l’accélération de tendances structurelles. Sodexo s’attend ainsi à une croissance de son chiffre d’affaires de +15% en 2021 (versus entre +10% et +15% auparavant) notamment grâce au dynamisme de son activité aux Etats-Unis (40% des ventes) qui profite de la réouverture des écoles. De son côté, le distributeur de matériel électrique Rexel relève également ses objectifs pour 2021 et anticipe désormais une croissance de son chiffre d’affaires comprise entre +12% et +15% (versus entre +5% et +7% auparavant). Rexel continue de profiter de la reprise de l’activité économique, de la transformation digitale de son organisation et des hausses de ses prix de vente.

Le fabriquant de camping-cars Trigano publie des résultats supérieurs aux attentes et annonce des hausses de prix de 5% à 10% pour ses gammes de véhicules en 2022. La demande reste bien orientée et Trigano est confiant pour la capter grâce à sa part de marché de 30% en Europe, des extensions de capacité (+15% à +20%) et une poursuite de la croissance externe.

Le marché des introductions en Bourse reste dynamique avec, au cours de la semaine, le début de cotation d’Acciona Energias (filiale du groupe espagnol Acciona), l’un des leaders mondiaux du secteur des renouvelables. Quant au groupe automobile allemand Daimler, son directeur financier annonce que la scission et l’introduction en Bourse de sa division camions est en bonne voie et devrait être réalisée d’ici la fin de l’année.
En amont de la publication de ses résultats semestriels, EssilorLuxottica annonce la finalisation de l’acquisition GrandVision. Cette transaction permet de rééquilibrer l’empreinte géographique de l’activité distribution vers l’Europe, et semble prometteuse sur le plan des synergies, notamment par le simple fait d’un meilleur référencement des produits d’Essilor et de Luxottica dans le points de vente du groupe GrandVision.
L’actualité des fusions & acquisitions a aussi été marquée par les marques d’intérêt pour l’équipementier automobile allemand Hella notamment de la part de Faurecia et de Plastic Omnium. De son côté, le groupe d’assurance Covea s’intéresserait à l’activité réassurance d’AXA héritée de l’acquisition du groupe américain XL.

Enfin, au sein du secteur des services aux collectivités et de l’énergie, Engie lance la mise en vente de son activité de services multitechniques rebaptisée « Equans », tandis que le conseil d’administration de Suez a recommandé l’opération de rapprochement avec Veolia.

ACTIONS AMÉRICAINES

Une semaine positive pour les indices américains : le Dow Jones s’affiche à +1.28%, le S&P 500 à +1.25% et le Nasdaq à +1.06% alors que se diffusent ailleurs les craintes sanitaires liées à la propagation rapide du variant Delta.  De nouvelles mesures restrictives en Asie, la hausse des cas en Russie, au Brésil et en Afrique du Sud et la mise en place de restrictions sur les voyageurs en provenance du Royaume-Uni ont pesé sur le secteur des transports et de l’hôtellerie.

Toutefois, les marchés ont bénéficié de la publication de bons indicateurs macro-économiques témoignant de la vigueur de l’économie américaine. Ainsi, l’indice de confiance du consommateur en juin est au plus haut (127.3) depuis le début de la pandémie, les prix des logements américains enregistraient leur plus forte progression en glissement annualisé depuis décembre 2005 à +14.9% sur un an et de bons chiffres ont été publiés en matière de créations d’emplois dans le secteur privé (692k vs. 600k estimés).

Quant aux dernières annonces de la banque centrale, le responsable de la Fed de Philadelphie, Patrick Harker, indiquait qu’une réduction du rythme d’achats d’actifs de 10Mds$ par mois serait raisonnable et devrait débuter, selon lui, dès cette année. De son côté, le Fonds Monétaire International indiquait que la Fed pourrait réduire son rythme d’achat d’actifs au 1er semestre 2022 et pourrait probablement remonter les taux plus tard dans l’année ou début 2023.

Suite aux résultats concluants sur les derniers tests de résistance de la Fed, plusieurs banques ont annoncé un relèvement de leur politique de retour à l’actionnaire. Morgan Stanley opte pour un doublement du dividende et 12Mds$ de rachat d’actions. Bank of America annonce une augmentation de 17% du dividende et Wells Fargo double son dividende et programme 18Mds$ de rachat d’actions.

Contre toute attente, le pétrole a touché un plus haut depuis octobre 2018 en dépassant les 75$ en amont de la réunion de l’OPEP.

Nike a atteint son plus haut niveau historique, dernier signe en date que les consommateurs ouvrent leur porte-monnaie plus que prévu alors que la pandémie s’atténue dans une grande partie du monde.

Amazon et Google font l’objet d’enquêtes formelles sur d’éventuelles violations des règles de protection des consommateurs au Royaume-Uni, car ils n’ont pas protégé leurs utilisateurs d’une avalanche de faux avis.

Le titre Virgin Galactic s’est fortement apprécié (+38.8%) après avoir reçu l’autorisation de faire voler des clients dans l’espace de la part de l’agence américaine du transport aérien.

Le site de courtage en ligne Robinhood, qui a popularisé les transactions gratuites sur les actions et qui a été très utilisé par les boursicoteurs sur Gamestop, AMC Entertainment, a déposé hier un projet d’introduction en Bourse auprès de la SEC. La société compte 18 millions de clients et son chiffre d’affaires a progressé de 245% l’an dernier à 958M$.

ACTIONS JAPONAISES

Le marché actions japonais a de nouveau fait l’objet d’une aversion pour le risque de la part des investisseurs. Le Nikkei 225 et le TOPIX se sont inscrits en baisse de 0,58% et 0,41% respectivement. Le marché anticipe toujours une reprise économique grâce aux progrès enregistrés sur le front de la campagne de vaccination, mais a été pénalisé par la propagation des variants du Covid-19. Par ailleurs, les incertitudes économiques en Chine ont entraîné le repli des entreprises exportatrices. Les investisseurs ont continué de faire preuve de prudence.

Les titres des secteurs du fer et de l’acier (1,95%), du commerce de détail (0,98%) et de l’assurance (0,66%) se sont inscrits en hausse alors qu’ils présentaient des valorisations relativement faibles. À l’inverse, les secteurs cycliques comme l’industrie minière (-3,34%), le transport maritime (-2,93%) et l’immobilier (-2,38%) ont reculé.

Les titres liés à la consommation individuelle ont progressé durant la semaine. Shiseido a gagné 3,98% suite au rachat d’une partie de ses activités par CVC Capital Partners. Seven & I s’est apprécié de 3,29% en raison des attentes relatives à ses bénéfices. En revanche, Eisai a lourdement chuté (-11,14%) du fait de prises de bénéfices.

Le nombre de cas de Covid-19 a de nouveau augmenté suite à la levée de l’état d’urgence. Le gouvernement autorise les athlètes et les délégations à participer aux Jeux olympiques de Tokyo, mais la présence de spectateurs reste en suspens, notamment si les mesures de restriction sont prolongées au-delà du 12 juillet.

MARCHES EMERGENTS

L’indice MSCI Emerging Markets a reculé durant la semaine (-0,75%, cours de jeudi à la clôture). La Chine a surperformé les autres régions, avec une baisse de 0,56%, suivie de l’Inde à -1,43% et du Brésil à -2,77%.

En Chine, les bénéfices industriels ont progressé de 36% sur un an en mai, la croissance ayant ralenti en raison des effets de base et de la hausse des coûts. Le PMI manufacturier a légèrement reculé à 50,9 en juin, contre 51 en mai et des prévisions de 50,8, tandis que l’indice PMI non manufacturier s’est replié à 53,5 du fait de la recrudescence des cas de Covid-19. Les émissions d’obligations municipales se sont redressées dans le sillage de la reprise des obligations d’entreprise : sur les 25 premiers jours du mois de juin, les nouvelles émissions représentaient déjà 112% des émissions enregistrées en juin 2020.
La Chambre des représentants américaine a approuvé un projet de loi de 52 milliards de dollars visant à accroître la recherche et le développement dans le secteur américain de la production de semi-conducteurs, face à la remise en cause de la domination économique des États-Unis par la Chine. Selon certaines informations, Hong Kong et Macao envisageraient d’autoriser à nouveau les voyages dès la mi-juillet. Li Ning a déclaré avoir revu à la hausse les prévisions de croissance de son chiffre d’affaires de plus de 30% sur un an au premier semestre 2021. CATL a prolongé son contrat de fourniture de batteries au lithium-ion avec Tesla de trois ans jusqu’en 2025. AIA a accepté de prendre une participation de 24,99% dans China Post Life pour un montant de 1,9 milliard de dollars américains. Les villes chinoises ont mis en place des cours d’été à prix abordable pour les élèves du primaire afin d’apaiser les tensions relatives à la concurrence que se livrent les prestataires de services de soutien scolaire. Didi, le géant chinois des VTC, a levé 4,4 milliards de dollars américains à l’occasion de son entrée en Bourse et a atteint une capitalisation de 68 milliards de dollars après son premier jour de trading aux États-Unis, ce qui en fait l’introduction en Bourse la plus réussie pour une entreprise chinoise depuis celle d’Alibaba Group en 2014.

En Corée du Sud, les exportations ont progressé de 39% sur un an, contre des prévisions de +33,8% et une hausse de 45,6% en mai. La production industrielle s’est repliée de 0,7% sur un mois en mai, accusant ainsi sa troisième baisse mensuelle consécutive, alors que la pénurie de puces a conduit les constructeurs automobiles à ajuster leur production.
SK Innovation envisage de procéder à la scission et à l’entrée en Bourse de son activité axée sur les batteries afin de répondre à la demande croissante en véhicules électriques.
En Inde, le PMI manufacturier s’est inscrit en deçà de 50 pour la première fois en 11 mois en juin, à 48,1, en raison de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Le ministère des Finances a annoncé la mise en œuvre d’une garantie de crédit de 75 milliards de roubles afin de faciliter les prêts par l’intermédiaire des établissements de microfinancement et de couvrir 75% des défauts pendant trois ans au maximum. L’Inde a mobilisé 50 000 soldats supplémentaires à sa frontière avec la Chine et en compte désormais 200 000 au total, contre 100 000 l’année dernière. Le gouvernement a autorisé l’utilisation d’urgence du vaccin contre le Covid-19 de Moderna. Cipla a été autorisé à importer le vaccin. Reliance a annoncé avoir conclu un accord avec Abu Dhabi National Oil Company en vue de construire une usine pétrochimique à Abu Dhabi.

Au Brésil, les prêts bancaires ont poursuivi leur progression en mai à 16% sur un an, contre 15% en avril. La croissance des prêts aux particuliers s’est également appréciée, indiquant une amélioration de la marge nette d’intérêts au deuxième trimestre. Les chiffres de l’emploi ont dépassé les attentes en mai, avec 280 000 créations de postes (contre des prévisions de 150 000), portés par le secteur des services. La deuxième partie de la réforme fiscale a été présentée devant le Congrès, avec notamment un impôt sur les dividendes, une réduction de l’impôt sur les sociétés et l’abandon du bouclier fiscal sur la participation au capital. Le marché a été déçu, les analystes ayant plutôt tablé sur une baisse plus importante du taux d’imposition pour les sociétés, afin de compenser pleinement le nouvel impôt sur les dividendes ainsi que la suppression du bouclier fiscal sur la participation au capital. Toutefois, le projet de loi fait toujours l’objet de discussions. Si celui-ci est approuvé en l’état, Itaú sera très nettement pénalisée, car elle bénéficie du bouclier fiscal sur la participation au capital.

L’Argentine n’est désormais plus considérée comme un marché émergent selon MSCI, qui lui a donné le statut de marché indépendant.

DETTES D’ENTREPRISES

CRÉDIT
Au cours de la semaine, les marchés ont connu un regain de nervosité devant la croissance des cas de variant Delta. Ainsi, les actions étaient en baisse et les spreads de crédit orientés à la hausse (+0.5Bp pour le Main et +4Bps pour le Xover). Cependant, les taux ont baissé, ce qui a offert au marché du crédit une certaine résilience. Malgré des écartements de spreads de respectivement 1 et 9Bps, le crédit IG et HY ont connu des performances de 0,21% et de 0%.

Malgré un effet de base pénalisant, Picard a publié de très bons résultats T4 2020/21. Le chiffre d’affaires progresse de 10,3% à €431m, après une hausse de plus de 15% au T4 2019/20, conséquence d’un phénomène de stockage observé chez les ménages en début de pandémie. Sur l’ensemble de l’année, Picard a enregistré un chiffre d’affaires de €1,77md, en progression de 17,7% pour un Ebitda de €327,7m (+26,9%).

United Airlines, qui mise sur une reprise solide du transport aérien aux Etats-Unis, renouvelle sa flotte en annonçant la plus grosse commande de son histoire. Cette dernière comprend entre autres 70 Airbus A321neo pour un montant d’environ €35mds au prix catalogue.

L’agence de notation S&P a relevé sa perspective sur le rating BB d’IGT, de négative à positive, afin de refléter une meilleure performance du segment loterie grâce à la combinaison de revenus en hausse et de réductions de coûts.

Le marché primaire est resté relativement dynamique au cours de la semaine. On notera l’émission de €1,71Md de sustainability linked bonds (SLB) par Picard en 3 tranches. La société de plats surgelés a placé €1,4Md de dettes sécurisées sur 5 ans dont €750m à 3,875% et €650m au taux variable de Euribor 3 mois + 400Bps. Picard a également émis, sur 6 ans, €310m d’obligations non sécurisées à 5,375%. Le groupe de restauration collective Elior a placé avec succès €550m d’obligations senior à échéance 2026 à 3,75%. Enfin, UniCredit a émis une Coco à 4,45%.

CONVERTIBLES
Le marché primaire est resté ancré sur la dynamique positive des précédentes semaines avec un montant total de nouvelles émissions équivalent à $1,2Md. En Asie, la société japonaise de e-commerce Mercari Inc a placé $450Mn sur le marché primaire des obligations convertibles au travers de deux souches de maturité 2026 et 2028. Mercari propose une application de brocante et de marché aux puces qui rencontre un fort succès commercial au Japon et qui tente d’accélérer son développement aux Etats-Unis. Notons également l’émission du fabricant de semi-conducteurs taiwanais United Microelectronics pour $400Mn au travers d’une souche à échéance Juillet 2026 dont le produit sera alloué à l’achat d’équipements et de machines de production alors que la demande mondiale de semi-conducteurs continue d’accélérer.

Le tour-operator allemand TUI AG a annoncé un abondement d’un montant pouvant atteindre 190 millions d’euros sur son émission d’obligations convertibles annoncée en avril dernier (souche d’une taille initiale de €400Mn). Cette transaction doit permettre à l’entreprise de se refinancer, notamment via le remboursement des prêts consentis par la banque allemande de développement KfW. Meyer Burger Technology AG a placé €125Mn à 2.75% au travers d’une obligation convertible green à échéance 2027. Meyer Burger est actif depuis plus de 20 ans dans l’industrie photovoltaïque produisant et développant une gamme de produits de la chaîne de valeur du photovoltaïque.

GLOSSAIRE
• Les titres « Investment Grade » désignent des titres obligataires émis par des entreprises dont le risque de défaut de paiement varie de très faible (remboursement presque certain) à modéré. Ils correspondent à une échelle de notation allant de AAA à BBB- (notation Standard&Poor’s).
• Les titres « High Yield » sont des obligations d’entreprises présentant un risque de défaut supérieur aux obligations Investment Grade (ou catégorie investissement) et offrant en contrepartie un coupon plus élevé.
• La dette senior bénéficie de garanties spécifiques. Son remboursement se fait prioritairement par rapport aux autres dettes, dites dettes subordonnées.
• La dette est dite subordonnée lorsque son remboursement dépend du remboursement initial des autres créanciers.
• Tier 2 / Tier 3 : segment de la dette subordonnée.
• La duration correspond à la durée de vie moyenne d’une obligation actualisée de tous les flux (intérêt et capital).
• Le spread désigne l’écart entre le taux de rentabilité actuariel d’une obligation et celui d’un emprunt sans risque de même maturité.
• Les valeurs dites «Value » sont considérées comme sous-évaluées.
• Markit publie l’indice Main iTraxx (125 principales valeurs européennes), le HiVol (30 valeurs à haute volatilité), et le Xover (CrossOver, 40 valeurs liquides et spéculatives), ainsi que des indices pour l’Asie et le Pacifique.
• EBITDA est l’acronyme de Earnings before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization (en français : résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement).
Il mesure donc la création de richesse avant toute charge calculée. Il trouve son équivalent français en l’EBE (Excédent brut d’exploitation).

• Le terme “Quantitative Easing” désigne un type de politique monétaire dit non conventionnel auquel peuvent avoir recours les banques centrales dans des circonstances économiques exceptionnelles.
• Un « stress test » est une techniques destinée à évaluer la résistance d’institutions financières.
• L’indice PMI, pour “Purchasing Manager’s Index” (indice des directeurs des achats), est un indicateur permettant de connaître l’état économique d’un secteur.

 

AVERTISSEMENT

Le présent support est émis par le groupe Edmond de Rothschild. Il n’a pas de valeur contractuelle, il est conçu exclusivement à des fins d’information.

Ce support ne peut être communiqué aux personnes situées dans les juridictions dans lesquelles il serait constitutif d’une recommandation, d’une offre de produits ou de services ou d’une sollicitation et dont la communication pourrait, de ce fait, contrevenir aux dispositions légales et réglementaires applicables. Ce support n’a pas été revu ou approuvé par un régulateur d’une quelconque juridiction.

Les données chiffrées, commentaires, opinions et/ou analyses figurant dans ce support reflètent le sentiment du groupe Edmond de Rothschild quant à l’évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à la date d’élaboration de ce support et sont susceptibles d’évoluer à tout moment sans préavis. Ils peuvent ne plus être exacts ou pertinents au moment où il en est pris connaissance, notamment eu égard à la date d’élaboration de ce support ou encore en raison de l’évolution des marchés.

Ce support a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux personnes qui le consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation. En aucun cas, la responsabilité du groupe Edmond de Rothschild ne saurait être engagée par une décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses.

Le groupe Edmond de Rothschild recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser les risques qui sont associés et forger sa propre opinion indépendamment du groupe Edmond de Rothschild. Il est recommandé d’obtenir des conseils indépendants de professionnels spécialisés avant de conclure une éventuelle transaction basée sur des informations mentionnées dans ce support cela afin de s’assurer notamment de l’adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale.

Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps et peuvent être indépendamment affectées par l’évolution des taux de change.

Source d’informations : à défaut d’indication contraire, les sources utilisées dans le présent support sont celles du groupe Edmond de Rothschild.

Le présent support ainsi que son contenu ne peuvent être reproduits ni utilisés en tout ou partie sans l’autorisation du groupe Edmond de Rothschild.

Copyright © groupe Edmond de Rothschild – Tous droits réservés

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires