USA, inflation | FiBee : Les actualités économiques et financières

Les conseils d’administration américains comprennent-ils les risques ESG ?

L’entreprise de conseil et d’audit PwC vient de publier son enquête annuelle sur les administrateurs. 704 administrateurs d’entreprises américaines de plus de 12 secteurs ont ainsi été interrogés, dont 72 % représentaient des sociétés au chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars et 64 % siégeaient depuis plus de cinq ans à leur conseil d’administration.

Quels points saillants sont à retirer de l’enquête ?

  • Un pourcentage croissant d’administrateurs (55 %, soit une hausse de trois points par rapport à l’année dernière) affirme que l’environnement, le social et la gouvernance (ESG) fait régulièrement partie de l’ordre du jour du conseil et près des deux tiers déclarent que l’ESG doit intégrer les discussions du conseil sur la gestion globale des risques de l’entreprise.
  • Cependant, de manière contradictoire, les administrateurs sont moins susceptibles de voir un lien entre l’ESG et les fondamentaux de l’entreprise. Seuls 57 % des administrateurs affirment que les questions ESG sont partie intégrante de la stratégie de l’entreprise, contre 64 % l’an dernier. Et pour enfoncer le clou seuls 45 % pensent que les questions ESG ont un impact sur les performances de l’entreprise, soit une baisse de neuf points par rapport à l’année dernière.
  • Parallèlement, les conseils d’administration semblent avoir une faible compréhension de l’ampleur des problématiques ESG : 27 % seulement des personnes interrogées ont déclaré que leur conseil comprenait « très bien » les risques ESG, près de la moitié estiment avoir une bonne compréhension des efforts de l’entreprise en matière de diversité et d’inclusion mais seulement 16 % pensent maîtriser le risque et la stratégie climatique.
  • Les sujets ESG qui reçoivent le plus d’attention de la part des conseils d’administration sont la sécurité des données et la gestion des talents : plus de 90 % des administrateurs ont déclaré que leur conseil en a discuté « dans une large mesure » ou « un peu » au cours des 12 derniers mois. Ce chiffre n’atteint qu’environ 50 % pour le changement climatique ou les émissions de carbone et moins de 33 % pour les sujets de droit de l’Homme.
  • Les administratrices sont en moyenne plus sensibles à l’ESG. Deux tiers d’entre elles déclarent qu’il est absolument prioritaire de réduire l’impact du changement climatique, même si cela peut obérer les performances financières à court terme, alors que moins de la moitié des administrateurs pensent la même chose. Les femmes sont également plus favorables aux critères ESG dans les rémunérations variables (73 % contre 45 % pour les hommes). Les préjugés ont la vie dure, car si 86 % des administrateurs hommes pensent que la diversité favorise l’efficacité des travaux du conseil, seulement 34 % déclarent que la présence de nouvelles candidates est opportune et ils estiment qu’elles sont peu qualifiées à 31 % !
  • Les turbulences de marché pourraient amener les investisseurs à perdre de vue les questions ESG : 61 % des administrateurs ont déclaré qu’ils consacreraient moins d’efforts sur des sujets tels que les émissions de carbone et le changement climatique en cas récession économique.

Certes cette enquête ne concerne que des administrateurs américains, mais une telle étude sur les administrateurs européens ne produirait vraisemblablement pas des réponses très différentes… Pour les administrateurs, l’ESG semble être un sujet digne de s’y pencher quand les affaires vont bien, mais beaucoup plus secondaire lors de marchés financiers secoués comme actuellement. Pour que le poids de l’ESG évolue dans les décisions des conseils, il serait souhaitable que la part des femmes y devienne prépondérante !

Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Prec.
Forces relatives : Le match de la semaine: Hang Seng vs MSCI World
Suiv.
Nouvelle donne politique et monétaire