Agriculture, Denrées agricoles | FiBee : La revue de presse économique et financière

Les cours du blé s’emballent sur fond de risque de pénurie

Sécheresse en Amérique du Nord, pluies en Europe, mauvaises récoltes sur le pourtour de la Mer Noire… Les prix du blé grimpent à des sommets sur tous les marchés mondiaux. En France, les producteurs de pâtes craignent une pénurie de blé dur.

Mi-août, les moissons sont d’ordinaire bouclées ou du moins sur le point de l’être. Mais en 2021, « la météo joue les prolongations », mettent en garde FranceAgrimer, Arvalis et Terres Inovia. Depuis fin juin, notamment au nord de la Loire, les pluies empêchent les moissonneuses-batteuses d’entrer dans les champs, au point que dans le tiers nord de l’Hexagone, les moissons sont nettement en retard. L’humidité est telle que sur certaines parcelles, les épis se mettent à germer avant même d’être fauchés.

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
8
Shares
Publications similaires
Lettre | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

“Carmignac’s Note” du mois de mars

Nous indiquions dans notre Note de janvier que « l’année 2021 pourrait s’avérer plus complexe pour les marchés que ce qui semble généralement admis ». Cette mise en garde se confirme dès ce mois de mars, les marchés commençant à bruisser du risque que pourrait leur faire courir une poursuite de la hausse déjà enclenchée des taux d’intérêt à long terme, en particulier américains. Les taux d’intérêt ayant parfois la fâcheuse idée de prolonger leurs mouvements initiaux d’une accélération soudaine, il nous semble justifié d’expliquer davantage notre réflexion sur ce sujet dès maintenant. L’expérience suggère qu’en général une hausse des taux d’intérêt dans sa phase initiale envoie un message plutôt favorable aux marchés d’actions : elle signale une embellie économique et ne menace pas encore une détérioration importante du coût du capital. Cette analyse est confortée aujourd’hui par le niveau absolu des taux d’intérêt, très loin de ceux qui historiquement ont pu poser un problème pour la v..