Les États-Unis devraient avoir beaucoup plus de croissance

Quand on compare la croissance de la productivité du travail aux États- Unis et dans la zone euro, on voit une progression beaucoup plus rapide aux États-Unis : + 68 % entre le 1er trimestre 1995 et le 1er trimestre 2023, contre + 19 % entre le 1er trimestre 1995 et le 1er trimestre 2023 dans la zone euro.

Aux États-Unis, la productivité par tête a crû beaucoup plus vite que le salaire réel par tête, toujours entre le 1er trimestre 1995 et le 1er trimestre 2023 : + 68 % pour la productivité par tête, + 21 % pour le salaire réel par tête. Cela a entraîné une hausse très forte du taux de profit des entreprises, qui passe de 11 % du PIB au 1er trimestre 1995 à 14,6 % du PIB au 1er trimestre 2023.

Si cette hausse du taux de profit avait entraîné, aux États-Unis, une hausse équivalente du taux d’investissement des entreprises, il y aurait eu progression rapide de l’investissement, du stock de capital, et un supplément de croissance de long terme (potentielle).

Mais malheureusement, la hausse du taux de profit n’a pas entraîné de hausse du taux d’investissement, mais une hausse de la rémunération des actionnaires (dividendes, rachats d’actions).

Si les entreprises américaines avaient utilisé, depuis 1995, la hausse de leurs profits pour investir, le stock de capital des entreprises, en volume, serait aujourd’hui plus élevé de 15 % et le niveau du PIB (potentiel) de 5 %. Les États-Unis auraient pu avoir nettement plus de croissance s’ils avaient utilisé la hausse des profits des entreprises pour investir et non rémunérer davantage les actionnaires.

Prec.
Analyses techniques hebdo sur Indices et Commodities au 20.05.2023
Suiv.
Bourse : une correction de 45% à Wall Street dans les prochains mois ?
Plus de publications