Covid-19 | La revue de presse économique et financière

Les investisseurs et “la peur du Delta”

Les investisseurs semblent bien avoir tourné leur attention vers la progression du variant dit Delta, qui affecte un nombre de plus en plus important de pays, avec le risque de faire dérailler la reprise économique. En effet, d’après l’OMS, plus de 90 pays sont maintenant touchés par cette mutation du virus originel, et partout où il est présent, on tend à constater en général une contagiosité plus élevée et une mortalité aussi plus forte. Néanmoins, il faut nuancer cette appréciation.

Ainsi, au regard des statistiques de contagion dans le monde, on constate effectivement que la montée des contagions s’accompagne d’une montée des cas graves et donc de la mortalité. Mais, ceci est surtout vrai pour les pays où la couverture vaccinale reste très faible.

On peut, par exemple, comparer la situation au Royaume-Uni et en Russie. Deux pays ou le variant Delta circule fortement. Dans le cas anglais, la montée des contagions a été assez forte et continue, même si on est encore loin du pic de début d’année. En revanche, la mortalité associée à cette montée des contagions est très faible voire inexistante. Evidemment, les cas graves et la mortalité pourraient monter avec le temps, mais pour l’instant ce n’est pas ce que l’on observe.   En Russie, la montée des contagions est plus récente et forte. Néanmoins, à la différence du cas anglais, cette montée des contagions s’accompagne maintenant d’une forte poussée des décès.

Pandémie : le variant Delta progresse... mais il est surtout létal dans les pays faiblement vaccinés

La différence majeure entre les deux pays est les taux de vaccinations des populations.

En effet, alors qu’au Royaume-Uni 65% de la population a reçu au moins une dose de vaccin et 48% est complètement vaccinée (deux doses), la Russie a atteint un taux de vaccination (au moins une dose) de seulement 15% et la part de la population totalement vaccinée est de 12%.

Prendre en compte ce facteur est très important quand on essaie de se projeter et d’analyser la trajectoire que pourraient connaître les économies européennes et américaines. La vaccination permet de conserver la dynamique d’ouverture et d’assurer le rebond des économies. Certes, des mesures ponctuelles de restriction de mobilité pourraient être prises, mais à ce stade, les vaccins utilisés en Europe et aux Etats-Unis offrent une protection forte contre le virus et les mutants existants.

Les études existantes sur l’efficacité des vaccins contre les souches les plus répandues montrent qu’elle reste forte même contre le variant Delta. Certes, elle est moins puissante que pour la souche originale, mais reste très forte. Les résultats issus des études cliniques au Royaume Uni montrent donc que l’efficacité des vaccins comme le Pfizer ou l’AstraZeneca reste forte dans les cas du variant Indien.

L'efficacité des vaccins face aux variants

De ceci, on peut déduire qu’on peut encore rester confiant sur la capacité des vaccins de protéger la population des formes les plus grave. Ainsi, l’ouverture des économies devrait continuer, même si avec plus de prudence en restreignant notamment la circulation de personnes en provenance des pays où le virus continue à circuler abondamment et où la couverture vaccinale est pauvre.

Toutefois, malgré l’optimisme qui accompagne l’accélération des plans de vaccination, il faut rester prudent sur les mutations à venir du virus, qui éventuellement pourraient devenir plus résistantes aux vaccins. Pour l’instant, on est pas du tout à ce stade. On peut rester confiant que la croissance devrait se consolider sur les mois à venir aux Etats-Unis et en Europe, soutenue par la poursuite des vaccinations. 

Au total, il est certain que la détérioration de la situation sanitaire dans nombre de pays faiblement vaccinés va peser sur le marché. On le constate dans l’hésitation des indices boursiers et surtout dans la surperformance forte des valeurs de croissance au détriment des valeurs « value » au cours des dernières semaines. Néanmoins, la poursuite de l’effort vaccinale devrait assurer que la reprise continue et viennent soutenir les activités les plus cycliques, notamment en Europe et aux Etats-Unis, d’autant plus que les soutiens de la politique économique reste très présent. Rester diversifié et sélectifs reste de mise, avec une adéquate exposition à la « value » et à la croissance.  

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
5
Shares
Publications similaires