Les marchés émergents à l’ère du friend-shoring

Un cargo en mer effectuant un transport de marchandise

Points clés

  • La « fragmentation géo-économique » reconfigure les chaînes d’approvisionnement, créant des opportunités et des défis au niveau des pays et des entreprises
  • Le Covid et la guerre en Ukraine ont réorienté les priorités de l’optimisation des coûts vers la résilience des chaînes d’approvisionnement
  • Nombre de marchés émergents demeurent « non-alignés » et pourraient poursuivre leurs échanges commerciaux de manière pragmatique avec tous les blocs géopolitiques
  • Cinq économies émergentes pourraient s’avérer des gagnantes potentielles : l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, le Mexique et la Pologne. Seule l’Inde offre le potentiel d’une allocation dédiée aux actions dans les portefeuilles de nos clients.

Une réorientation économique et politique majeure vers un monde multipolaire est en cours. Le Fonds monétaire international (FMI) qualifie de « fragmentation géo-économique » le processus de renforcement des liens manufacturiers et commerciaux à travers la diversification de l’offre et de la production régionale ou locale. Cette tendance créera des gagnants et des perdants au niveau des pays et des entreprises, tout en réduisant probablement l’efficience et en augmentant éventuellement les pressions inflationnistes à l’échelle mondiale.

La concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine, suivie par la pandémie de Covid et les perturbations liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ont poussé les gouvernements et les entreprises à renforcer leurs chaînes d’approvisionnement. Il y a cinq ans, les États-Unis et la Chine ont commencé à imposer des droits de douane, créant de nouvelles frictions au sein du commerce mondial. Selon un rapport du FMI publié la semaine dernière, le nombre d’entreprises souhaitant rapprocher leur production de leur marché national a été multiplié par huit depuis 2017 (voir graphique 1).

En réponse, un nouveau lexique a émergé pour décrire le processus de renforcement des chaînes d’approvisionnement. La « relocalisation » est définie comme la réimplantation de la production sur le marché national d’une entreprise, tandis que le « near-shoring » ou « délocalisation de proximité » consiste à transférer les unités de production dans une zone géographique proche. Traditionnellement, la relocalisation et la délocalisation de proximité étaient motivées par la question des coûts. Il y a une dizaine d’années, par exemple, les producteurs textiles ont quitté la Chine en raison de la croissance des salaires en faveur de pays où les coûts étaient moindres, comme le Vietnam. En revanche, le « friend-shoring » vise à concentrer la production dans des pays amis, afin d’assurer un approvisionnement fiable entre des économies alliées ayant des niveaux de revenus différents. Alors que l’augmentation des barrières commerciales entre blocs concurrents et des capacités de redondance serait négative pour l’économie mondiale, les entreprises ont démontré leur aptitude à diversifier les ressources, la main-d’œuvre et les capitaux entre les marchés tout en réacheminant les échanges pour contourner les restrictions.

Du coût à la résilience

Les tensions entre les États-Unis et la Chine, puis le Covid et la guerre en Ukraine, ont créé de nouveaux catalyseurs géopolitiques en plus des coûts. Les entreprises doivent se pencher sur la résilience de leurs chaînes d’approvisionnement à une époque où l’énergie et les fournitures médicales sont devenues stratégiquement importantes.

Les États-Unis considèrent depuis longtemps que les semi-conducteurs sont essentiels à leur économie. La législation de 2022 a été conçue pour réduire la dépendance à l’égard des puces informatiques fabriquées à l’étranger et pour dissuader les investissements dans les technologies chinoises. Cette année, la loi sur la réduction de l’inflation (IRA) a encouragé les entreprises à construire sur le territoire américain. Les États-Unis ont réussi à persuader peu d’autres pays de se joindre à leurs restrictions. En février, les Pays-Bas ont imposé des restrictions, puis, fin mars, le Japon a accepté de resserrer les contrôles à l’exportation de 23 types de matériaux destinés à la fabrication de puces informatiques, avec effet dès le mois de juillet. L’Union européenne se concentre davantage sur la diversification de ses chaînes d’approvisionnement, plutôt que sur l’abandon de son approvisionnement en Chine, et considère les subventions industrielles américaines comme une menace.

Lire aussi : La grande réouverture de la Chine

Non-alignés et opportunistes

De nombreux pays demeurent « non-alignés » afin d’éviter d’avoir à faire un choix binaire entre la Chine et les États-Unis. Cette division apparaît clairement dans les discussions entourant la guerre en Ukraine. Selon une étude de l’Economist Intelligence Unit, les États-Unis, l’Union européenne et leurs alliés se sont engagés à soutenir l’Ukraine et forment un groupe de 52 pays. Seuls douze pays, dont le Belarus, le Myanmar, la Serbie et la Syrie, soutiennent la Russie. Néanmoins, 127 autres nations, de l’Inde au Brésil en passant par l’Afrique du Sud, restent neutres et adoptent une approche commerciale pragmatique et opportuniste, selon cette étude.

Étant donné que de nombreux succès en matière de développement économique ont été obtenus grâce à des modèles axés sur les exportations, tels que celui des « tigres asiatiques », ou à des investissements directs étrangers importants comme en Pologne, la détérioration de la gouvernance mondiale en matière de commerce et d’investissement soulève des questions quant aux perspectives à long terme des marchés émergents moins matures. Le FMI souligne que dans la plupart des scénarios géopolitiques, les marchés émergents et en développement verraient leur situation se dégrader s’ils devaient choisir de s’aligner sur un bloc plutôt que sur un autre. Le FMI suggère également que le non-alignement permet aux marchés émergents d’être relativement épargnés par la fragmentation en prenant des parts de marché tout en conservant l’accès à de nombreux marchés, ressources et capitaux étrangers. Le risque pour les pays non-alignés est que les États-Unis et la Chine tentent d’inciter les économies à rejoindre leurs réseaux de « friend-shoring ».

Néanmoins, la fragmentation géo-économique devrait également, avec le temps, raccourcir les chaînes d’approvisionnement et permettre aux fabricants de répondre plus rapidement à l’évolution de la demande des consommateurs. Le résultat pourrait être plus régional, les entreprises créant des pôles afin d’alimenter leurs réseaux de production et de distribution. Bien que cette tendance génère une collaboration autosuffisante au sein des blocs, elle n’apportera rien en matière de concurrence, avec des produits similaires plus chers que s’ils avaient été fabriqués dans des régions plus lointaines. Une plus grande partie de l’industrie manufacturière nord-américaine pourrait, par exemple, se déplacer vers le Mexique, dont les coûts de production sont moins élevés qu’aux États-Unis ou au Canada, tout en restant plus chers que dans beaucoup d’autres pays. Comme l’a souligné le PDG de BlackRock, Larry Fink, en mars 2022, les inefficiences de production sont intrinsèquement inflationnistes.

Prec.
“Nous maintenons notre surpondération actions…”
Suiv.
Baromètre: La crise bancaire se résorbe, mais les difficultés économiques perdurent
Plus de publications