Les nuages sans pluie de la métallurgie chinoise

On dit en Chine que les vagues ne se lèvent pas s’il n’y a pas de vent.

Pratiquement homophone avec le terme français qu’il traduit, fēng, en mandarin, désigne autant la brise que la rumeur ou la coutume qui se propage.
On le retrouve dans le mot fengshui (vent/eau), qui a donné son nom à cette philosophie de la quête d’harmonie dans l’utilisation et l’aménagement des terrains et constructions en prenant en compte ces deux éléments primordiaux, dont l’un manque cruellement au pays.

Avec seulement 6% des réserves aquifères de la planète, la quantité d’eau disponible par tête en Chine est inférieure à un tiers de la moyenne mondiale (28%). Selon Bank of America, certains des foyers agricoles du pays ont un niveau d’eau par habitant inférieur à celui de l’Iraq…

Loin de l’équilibre naturel qu’elle a pu connaître autrefois, la province du Yunnan, foyer métallurgique du pays, est actuellement en proie à la sécheresse.

Les fleuves Nu, Lancang (ou Haut Mékong) et Lixian, de part en part fendus d’une multitude de barrages, perdent en débit.
Les turbines hydroliques alimentent la « vallée de l’aluminium chinois » dans laquelle les géants tels que Chinalco transforment la bauxite en alumine, dont on extrait par électrolyse l’aluminium. A elle seule, la province assure 15% de la production nationale, et plus de 7% de la production mondiale…

Les centrales hydroélectriques du Yunnan font également partie du système énergétique Ouest-Est.

Ayant la primauté sur les terres et les réserves aquatiques au détriment de l’agriculture ou des projets résidentiels, elles assurent l’alimentation électrique des riches provinces surpeuplées du littoral est.
Le corridor haute tension qui relie au travers des provinces du Yunnan et du Sichuan le barrage de Xiangjiaba à Shanghaï est l’un des plus longs de la planète.

Les cours d’eau de la province sont aussi détournés afin d’irriguer le système de transfert d’eau Sud-Nord, projet pharaonique de redéploiement des ressources aquifères vers les provinces les plus sèches du pays.

A plusieurs reprises depuis l’an dernier, la production de l’aluminium a été réduite en raison du coefficient d’utilisation moindre des centrales hydroélectriques, afin de maintenir l’approvisionnement de la côte est.
Ironie du sort, l’aluminium se substitue de plus en plus au cuivre dans les réseaux électriques chinois, à condition de produire des câbles dont le diamètre est 1,5 fois plus large afin de compenser la moindre conductivité. L’intérêt stratégique du métal aux reflets d’argent réside dans son poids, deux fois moindre que celui du cuivre : une propriété essentielle à la construction de ces suspensions qui s’étendent sur des distances titanesques.

Les coupures électriques de 2021 et 2022 devraient donc se répéter cette année sur l’ensemble du territoire si l’on en croit les conditions actuelles et les prévisions de l’administration météorologique chinoise. A l’heure actuelle, les réserves du barrage des trois gorges campent 20% sous leur moyenne historique.

La production chinoise d’aluminium et de poly silicones devrait donc être fortement perturbée en 2023.

Tandis qu’aux antipodes de l’état des fleuves chinois, le métal russe pourrait « inonder » les entrepôts du London Metal Exchange selon Harvey Roy, PDG d’Alcoa, 8ème producteur d’aluminium au monde, derrière le top 3 formé par Chinalco (près de 7 millions de tonnes par an !), Hongqiao, Rusal.

Frappés d’une taxe de 200%, les lingots russes peinent à trouver des acquéreurs. Faute d’échange, ils s’empilent dans les entrepôts des sous-traitants du LME. Ils représentent aujourd’hui plus de la moitié des stocks physiques de la place de marché londonienne. La liquidité de l’aluminium coté à Londres pourrait alors se morceler, au prix d’une distorsion du prix de référence.

Au même moment, l’OCDE[1] publie son rapport sur la production, le commerce international et les restrictions à l’export des matières premières critiques.

Il souligne que les restrictions ont été multipliées par cinq depuis 2009 et affectent désormais 10% des échanges. La poursuite de cette tendance pourrait mettre en péril la transition énergétique, fortement consommatrice de ces matières. L’organisation constate également que les volumes de production ne suivent pas la trajectoire de la demande induite par la transition.

Pendant ce temps, après plusieurs semaines d’un fort rebond nourri par les avancées de chatGPT[2], les valeurs chinoises opérant plus ou moins dans le secteur de l’intelligence artificielle font face à une vague de prises de bénéfices. Les investisseurs ont eu vent de la rumeur que 40 sociétés du secteur allaient voir certains de leurs principaux actionnaires ou dirigeants céder tout ou partie de leurs participations.

En hausse de plus de 50% depuis un mois jusqu’alors, Advanced Micro-Fabrication Equipment, Guangdong Fuxin Technologie ont cédé jusqu’à 7% le 18 avril.

Ainsi que celui des littoraux, l’atmosphère des marchés chinois est particulièrement sujette à la fugacité de vents prompts à s’inverser. Le souffle aride qui assèche la province du Yunnan semble en revanche plus tenace que les bourrasques côtières. Il n’apporte plus avec lui ces cumulus gorgés d’eau et bienfaiteurs qui ont probablement inspiré le nom de la région. Yunnan ne signifie-t-il pas « sud des nuages » en français… ?

Texte achevé de rédiger le 21 avril 2023 par Thomas Planell, Gérant – analyste.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Termes et définitions
1. OCDE. L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) est une organisation intergouvernementale qui regroupe 37 pays membres afin…
2. chatGPT. ChatGPT est un modèle de langage basé sur l’architecture GPT (Generative Pre-trained Transformer) développé par OpenAI. Il s’agit…
Prec.
Chat GPT, robot conversationnel : une opportunité d’investissement ?
Suiv.
Economie US : soft ou hard landing ?
Plus de publications