Les obligations à haut rendement américaines rémunèrent mieux le risque

La solidité continue de l’économie américaine brosse un tableau plus positif pour les crédits risqués, tels que le haut rendement.

La résilience des États-Unis, notamment en matière de consommation et de dépenses d’investissement, laisse entendre que l’expansion de la première économie mondiale pourrait se poursuivre un peu plus longtemps avant qu’elle finisse par ralentir.

C’est de bon augure pour les obligations à haut rendement[1] américaines. Comme cette dette affiche un rendement d’environ 8%, maintenir une position sous-pondérée dans la classe d’actifs implique de renoncer à un niveau de performance considérable – trop élevé, selon nous.

Nous trouvons les obligations à haut rendement américaines à échéance plus courte particulièrement attrayantes, car elles offrent des performances élevées, sans présenter les risques de refinancement et de crédit plus élevés associés aux dettes à plus longue échéance.

Néanmoins, certains risques demeurent: la conjoncture économique pourrait se dégrader si les entreprises suspendent leurs investissements dans l’attente de l’élection présidentielle américaine de novembre.

C’est pourquoi nous préférons un relèvement plus prudent des obligations à haut rendement américaines, et les passons de sous-pondérer à neutre plutôt que surpondérer.

FI – marge de rendement
* Niveau d’augmentation du rendement permettant de maintenir des performances positives. Source: Refinitiv, DataStream, Pictet Asset Management, données au 28.02.2024

Notre surpondération des bons du Trésor américain reste inchangée.

Bien que la classe d’actifs attire une forte demande de la part d’investisseurs privés étrangers, les valorisations sont restées justes. Le rendement de référence à 10 ans dépasse de 40 points de base notre estimation en fin d’année de sa juste valeur, 3,9%, ce qui dénote une performance totale d’environ 7 à 8% pour la classe d’actifs en 2024.

Les bons du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS[2]) semblent également attrayants étant donné que l’inflation dans les secteurs des services refuse obstinément de reculer.

Nous apprécions également les gilts britanniques, puisque la BOE pourrait être la première grande banque centrale d’un pays développé à réduire les taux d’intérêt au cours des prochains mois grâce à la baisse de l’inflation et à la faible croissance.

Nous conservons nos positions surpondérées en dette émergente en monnaie locale. Nous estimons que, dans les pays émergents, la marge de manœuvre pour une poursuite de l’assouplissement monétaire est considérable, en particulier lorsque la Fed commencera à abaisser ses taux. Les investisseurs de cette classe d’actifs devraient également bénéficier de la probable appréciation des devises des marchés émergents. Nos modèles montrent qu’elles se négocient jusqu’à 20% en dessous de leur juste valeur.

Nous sous-pondérons les obligations suisses et japonaises, des titres à faible rendement émis par des pays qui resserrent leur politique monétaire. La Banque du Japon est prête à relever les taux d’intérêt au cours des mois à venir, tandis que la Banque nationale suisse vient de procéder à son resserrement quantitatif le plus agressif à ce jour, ce qui a provoqué une forte déflation des prix des produits importés et stoppé dans l’ensemble la dynamique de l’inflation.

Sur le marché des changes, nous ne touchons pas à notre allocation, et conservons un léger biais contre le dollar. Nous surpondérons le yen japonais, une devise refuge qui offre une bonne couverture en cas de ralentissement économique mondial. Nous apprécions également l’or, qui devrait bénéficier de taux d’intérêt plus bas et d’un dollar en berne.

Termes et définitions
1. Junk bonds ( obligations à haut rendement ) Les junk bonds sont des titres de créance émis par des entreprises ou des entités qui ont une note de crédit relativement faible.
2. Treasury Inflation-Protected Securities ( TIPS ) Les TIPS, ou “Treasury Inflation-Protected Securities”, sont des bons du Trésor américains conçus pour protéger les investisseurs contre…
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Dynamique des salaires en zone Euro
Suiv.
Le Nasdaq aime J. Powell, les MP, l’or et les cryptos l’adorent, les T-Bonds le boudent…!
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.