Les tsars se suivent… et se ressemblent !

A Tbilissi, rendant visite à sa mère qui s’enquit de ce que devenait son fils, Staline répondit : « Oh, tu sais maman… une sorte de tsar. »

Au travers de deux livres saisissants, Simon Sebag Montefiore (Staline : La cour du Tsar rouge, publié un an avant la révolution orange en Ukraine) et Mikhail Zygar (Les hommes du Kremlin, dans la cour de Vladimir Poutine publié 2 ans après l’annexion de la Crimée) ont mis en lumière à quel point l’organisation du pouvoir détenu par ces deux protagonistes éponymes est proche du régime de la cour tsariste. Leurs comportements ainsi que ceux de leurs cercles proches respectifs sont étonnamment similaires : isolement grandissant, inclination maladive et croissante à faire porter la responsabilité de tout échec aux terroristes contre-révolutionnaires pour Staline, à l’Ouest pour Poutine ; propension des conseillers, nombreux, à nourrir cette paranoïa, à la cultiver pour mieux s’attirer les faveurs du Vodj, produisant faux rapports et accusations à l’appui. C’est une véritable nébuleuse de courtisans qui constituent dans les deux cas le pouvoir russe, moins choisis pour leur expérience que leur loyauté (Poutine en est à nommer ses gardes du corps préfets…). Alors, quand ne pas être sur la liste des victimes potentielles d’un attentat terroriste contre révolutionnaire ou sous le coup des sanctions américaines est considéré par le leader comme une preuve de trahison, il ne faut pas davantage s’émouvoir des menaces d’un Lavrov, d’un Medvedev, que des aboiements outrageux d’un Molotov ou d’un Beria, dénonçant joyeusement leurs camarades pendant les purges staliniennes. Tweets menaçants, allusions au feu nucléaire : la traditionnelle parade des hauts fonctionnaires visant à flatter leur dirigeant se perpétue, au mépris des conventions de la diplomatie. Rien de nouveau, à ceci près que l’armée conventionnelle russe mal équipée, jetée dans le bourbier ukrainien, effraie moins qu’auparavant … D’où la tentation d’évoquer la répression atomique dès les premières heures du conflit.

A tout cela l’ouest, la tête froide, répond par des contremesures financières. Les vieilles démocraties sont d’ailleurs passées expertes en la matière. Au 17ème déjà, la banque d’Angleterre était en première ligne : financement de la guerre contre Louis XIV, stabilisation de l’économie… La Russie moins expérimentée, n’est pas novice pour autant : sa banque centrale a déjà déclenché ses stabilisateurs d’urgence en 2014. A l’époque, elle avait éteint le double incendie de l’effondrement des cours du pétrole et de la chute de 40% du rouble face au dollar par une forte hausse des taux directeurs qui avait fait sombrer le pays dans la récession. A partir de là, elle a soigneusement accumulé, année après année, des réserves de change[1] colossales. Un travail de fourmi par lequel, plutôt que de réinvestir les recettes énergétiques dans le budget de l’Etat, elle a préparé un bouclier financier pour protéger le rouble en cas d’attaque. Patiemment, elle a amassé jusqu’à la 4ème réserve de change au monde : 643 milliards de dollars ! Le fruit de 6 ans de privations… balayé pour la moitié en une nuit !

Car ce sont ces réserves que l’Ouest a sanctionnées : un tir de barrage financier sur l’arrière du front qui coupe net l’arrivée des renforts. Les réserves parquées dans les juridictions des ex-partenaires occidentaux (sauf Chine) ont toutes été rendues inaccessibles à la banque centrale russe. Le trésor de guerre de Poutine a tout simplement été coupé en deux. La mission de tenir le rouble et soutenir l’effort de guerre risque de devenir impossible.

En réponse à la baisse de sa devise, la banque centrale a donc porté ses taux à 20%. Ostracisée, ce n’est pas une récession qui attend l’économie russe, ni même une stagflation[2] mais probablement plusieurs années de dépression économique. Certes, historiquement, les sanctions n’ont jamais vraiment réussi à jeter un gouvernement au sol, ou à totalement se faire effondrer un pays. Et le peuple russe a su faire preuve d’une résilience exemplaire dans les multiples crises qu’il a vécues depuis 120 ans. Mais l’économie russe, privée du bénéfice du réinvestissement de ces pétrodollars, est déjà faible. Le PIB par habitant est 20% sous les niveaux de 2014. Ce peuple, à qui Poutine a promis la prospérité économique n’a vu son économie croitre que d’1% par an depuis l’annexion de la Crimée. Il est aujourd’hui meurtri par une gestion calamiteuse de l’épidémie et par une nouvelle guerre qui a emporté déjà plus de vies russes que cinq ans de présence en Syrie. Peut-être cette fois finira-t-il par faire le lien entre l’atonie économique de son pays et 20 ans de néo-tsarisme décadent.

Texte achevé de rédiger le 4 mars 2022 par Thomas Planell, Gérant – analyste.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Termes et définitions
1. réserves de change. Les réserves de change sont des réserves de devises étrangères accumulées par une banque centrale ou un pays.…
2. stagflation. La stagflation est un phénomène économique caractérisé par la conjonction d’une stagnation économique et d’une inflation élevée. Cela…

Rechercher un fonds

NomISINCatégoriePerf.YTD
Gay-Lussac Microcaps A FR0010544791 Actions Euro. Microcaps -1.38 %
Pictet – Clean Energy (P) LU0280435388 Actions techno. 1.59 %
Auris Euro Rendement R EUR Acc LU1599120273 Obligations Europe 0.36 %
Ofi Invest ISR Valeurs Euro IC FR0007045604 Actions Zone Euro 4.41 %
Invesco Euro Equity Fund A Dist LU1240328903 Actions Zone Euro -0.21 %
ODDO BHF Metropole Euro SRI A FR0010632364 Actions Zone Euro 2.02 %
Amundi Funds Euroland Equity R Eur LU1883305846 Actions Zone Euro 3.81 %
Lazard Actions Euro IC FR0010259945 Actions Zone Euro 6.08 %
DNCA Opportunités Zone Euro C FR0012316180 Actions Zone Euro 0.97 %
Echiquier Value Euro A FR0011360700 Actions Zone Euro 0.61 %
Goldman Sachs Eurozone Equity Income R EUR Cap LU1273028123 Actions Zone Euro 3.48 %
R-co Conviction Equity Value Euro C Eur FR0010187898 Actions Zone Euro 0.09 %
Sycomore Fund Sustainable Tech RC EUR LU2181906426 Actions techno. 15.99 %
ODDO BHF Artificial Intllgnc CR-EUR LU1919842267 Actions techno. 10.64 %
CPR Invest Glbl Dsrpt Opp A EUR Acc LU1530899142 Actions techno. 11.30 %
BGF Next Generation Technology A2 EUR H LU1861216510 Actions techno. 6.60 %
EdR SICAV Tech Impact A EUR FR0013488244 Actions techno. 4.31 %
Janus Henderson Glb Tech&Inno A2 HEUR IE0002167009 Actions techno. 12.36 %
Tocqueville Global Tech ISR C FR0013529914 Actions techno. 15.22 %
Allianz Cyber Security WT H2 EUR Acc LU2357305882 Actions techno. 7.13 %
Echiquier Artificial Intelligence B EUR LU1819480192 Actions techno. 14.29 %
Mélanion BTC Equities Universe UCITS ETF EUR FR0014002IH8 Cryptos -5.72 %
TOBAM Bitcoin CO2 Offset Fund A1 FR0013293859 Cryptos 35.63 %
La Française Carbon Impct Flt Rt TC USDH FR001400D724 Obligations Europe 1.36 %
Carmignac Pf Flexible Bond A USD Acc H LU0807689749 Obligations Europe 0.53 %
Income Euro Selection P FR0010363648 Obligations Europe 1.90 %
Ostrum Euro ABS Opportunities I(C) EUR FR0010286195 Obligations Europe 1.45 %
DNCA Invest Credit Conviction N EUR LU1234712617 Obligations Europe 1.33 %
Hottinguer Oblig C FR0010269803 Obligations Europe 1.38 %
Ecofi Taux Variable C FR0011045137 Obligations Europe 1.22 %
Octo Crédit Value C FR0013192622 Obligations Europe 1.25 %
GS European ABS – I Cap EUR LU1900228542 Obligations Europe 2.09 %

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Lazard Frères Gestion : Point conjoncturel
Suiv.
[Le marché du lundi] Eco : La Russie a ouvert la boite de Pandore…
Plus de publications