L’inflation s’est-elle installée pour une durée plus longue que prévue ?

L’inflation est souvent analysée comme une perception monétaire, cependant elle est aussi psychologique dans les anticipations des consommateurs ou des chefs d’entreprise qui ne regardent pas la politique de la banque centrale mais qui surveillent plutôt l’augmentation des prix pour préparer leurs carnets de commandes.

Aujourd’hui, la norme de consommation est la « Fear Of Missing Out » (FOMO). C’est-à-dire que la décision d’achat est motivée par la peur de risquer de perdre quelque chose. Le facteur monétaire et le facteur psychologique sont donc en train de jouer l’un contre l’autre.

La dernière période d’inflation que les pays occidentaux ont connu date des années 70. Le mouvement actuel est donc d’ampleur, et les régimes de baisse ne seront plus à l’ordre du jour. En effet, les mouvements de baisse et de hausse durent en moyenne 20/30 ans.

Les entreprises ont eu en globalité un effet d’aubaine. Leurs carnets de commandes sont bien remplis, car elles ont pu organiser la pénurie durant la Covid-19 avec la fermeture des économies. Elles sont actuellement en mesure d’augmenter les prix du fait de la demande.

Il y a une économie mondiale qui s’étire entre les personnes qui arrivent à avoir une capacité de prix, qui n’ont pas à gérer de stock, qui prennent les commandes des clients et qui pré-fiance les premières productions avec les commandes. Étant donné que l’argent coûte très cher, le stock coûte très cher. La Covid a préparé les entreprises à réagir et à organiser leurs stocks.

Comment attendre des entreprises qu’elles baissent d’elles-mêmes leurs marges et leurs prix ? Faut-il qu’il y ait une forte baisse de volume ?

L’année 2023 montrera si la désinflation se confirme ou s’il y aura un maintien des carnets de commandes. Actuellement, les anticipations d’inflation sont revenues à leurs moyennes prépandémie, il n’y a donc pas de crainte à moyen/long terme.

En Europe, la situation est principalement focalisée sur l’énergie (+ de 2/3 de la hausse des indices). Dès lors que les entreprises perdront des parts de marché, elles baisseront les prix.

La récession a été évitée grâce aux mesures budgétaires et boucliers tarifaires cependant cette situation ne pourra pas tenir indéfiniment. Un cycle de croissance mondiale doit donc s’enclencher.

Le phénomène de la Chine représente pour certains secteurs et certaines matières premières 40% à 50% des volumes traités, elle reste le moteur le plus puissant du monde. Connaissant ces données, les indices d’inflation ont peu de chances de retrouver des niveaux conformes aux discours des marchés.

La reprise chinoise et les actions européennes

La Chine possède un système politique et un cadre juridique totalement différent des pays occidentaux. Cette vision rend difficile l’investissement dans ce pays. Les actions européennes sont pour l’instant encore abordables et beaucoup de dividendes sont distribués. La carte est plus favorable pour aller chercher les investissements en Europe.

Les 15 ans de politique de taux bas n’ont pas réussi à faire remonter l’inflation. La hausse des taux est plus favorable aux marchés boursiers qui sont plus « value ».

Les résultats ne donnent pas la direction d’éviter la poche actions. Les pouvoirs de prix et l’absence de stock lourd à gérer sont les clés d’un secteur d’une entreprise, pour exemple les entreprises textiles qui disparaissent.

Retrouvez régulièrement les interventions d’Igor DE MAACK et du cabinet de conseil en gestion de patrimoine Vitalépargne sur B SMART.

Prec.
Fibee Calls : “En route vers les 8 000 ?” Avec Alexandre Baradez (IG France)
Suiv.
How do inflation-linked bonds work? AXA IM Inflation series 2 of 4

How do inflation-linked bonds work? AXA IM Inflation series 2 of 4

Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.