Macroscope : Après l’inflation, le beau temps ?

En 2022, les marchés financiers américains auront, sans conteste, été guidés par l’inflation et la bataille menée contre celle-ci par la Réserve Fédérale (Fed). Qu’en sera-t-il de 2023 ?

La publication des données de décembre sur l’inflation américaine permet de dresser l’intégralité de la trajectoire des prix sur l’année 2022. Une fois n’est pas coutume, les prévisions ont été parfaitement justes, signe qu’après avoir navigué à vue et sous-estimé l’ampleur et la persistance des tensions sur les prix, les économistes ont affiné leurs modèles avec plus de finesse. Ainsi, aux Etats-Unis la hausse des prix à la consommation, qui s’élève à 6,5% sur un an, dessine clairement une décrue, après un pic à 9,1% atteint en juin dernier. Les projections sur les trimestres à venir vont dans le même sens. Dès mars prochain, à moins d’une nouvelle flambée des prix du pétrole, la contribution de l’énergie deviendra en effet nettement négative sur le niveau des prix. De là à considérer qu’avec une inflation peu à peu sous contrôle, l’action de la Fed ne sera, a minima, plus restrictive, il n’y a qu’un pas. Un pas que les marchés de taux d’intérêt ont d’ores et déjà franchi en anticipant la fin du cycle de hausse dès le second trimestre, rapidement suivie d’un cycle de baisse qui débuterait d’ici la fin d’année.

Les performances enthousiasmantes des actions en ce début d’année, le reflux des primes de risque obligataires et des taux sans risque cristallisent sans doute le reflet d’une meilleure visibilité sur la trajectoire monétaire de la Fed, visibilité longtemps troublée par les effets secondaires inédits des mesures prises au cœur de la crise Covid.

Quelles pourraient alors être les boussoles des investisseurs et des marchés en 2023 ?

A l’horizon de quelques semaines seulement, l’ouverture de la saison des publications des résultats des entreprises du quatrième trimestre et la mise à jour de leurs perspectives seront scrutées. Elles seront également de nature à orienter les marchés. Alors que les analystes financiers ont déjà révisé leurs anticipations à la baisse, aussi bien pour le quatrième trimestre 2022 que pour l’ensemble de l’année 2023, une vague de publications décevantes serait susceptible de couler les actions. A l’inverse, si les résultats d’entreprises s’avèrent plus résilients qu’anticipés, ils seraient un catalyseur favorable aux actions.

Total
0
Shares
Prev
Le rebond des marchés est porté par trois changements
Next
 2022 : une année difficile à bien des égards