LFDE : Macroscope | La revue de presse économique et financière

Macroscope : “Coup de chaud”

Agence SAND

Comme les températures, le prix de la tonne de CO2 émise (ou d’équivalent) ne cesse de flamber : au 30 juin 2021, elle coûtait 56 euros, en hausse de 130% sur un an – plus de 1 000% sur 5 ans ! Comme pour les actions cycliques, le point de départ de cette envolée se situe début novembre 2020, lorsque l’efficacité du vaccin de Pfizer contre le Covid-19 a été révélée. A priori, aucun rapport. Sauf que l’anticipation du rebond économique permis par une levée des restrictions sanitaires a logiquement entraîné une ruée sur les droits à polluer, l’activité industrielle étant promise à une reprise en flèche – qu’elle a effectivement connue depuis.

A ce facteur purement conjoncturel s’ajoute une pression haussière structurelle. La législation européenne a pris un net virage en faveur de la transition énergétique. Le 14 juillet prochain, la Commission européenne dévoilera sa nouvelle directive « Fit for 55 ». Elle vise à réduire les émissions carbone européennes de 55% en 2030 par rapport au niveau de 1990, et préparer ainsi la neutralité carbone ambitionnée pour 2050. D’après les attentes sur ce document, les quotas d’émission carbone pourraient être sérieusement revus à la baisse dans les prochaines années, et de nouveaux secteurs jusqu’ici libres de toute contrainte — la législation ne portant que sur 45% des émissions carbone — pourraient se voir soumis à ces quotas, tel le transport maritime. Ce n’est probablement que le début d’un mouvement plus vaste de régulation au niveau international cette fois, maintenant que les Etats-Unis réintègrent l’Accord de Paris.

Les conséquences de ce renchérissement seront profondes. Bénéfiques a priori pour la stabilisation du climat, elles renchériront mécaniquement le prix de la production des biens, et peut-être de certains services comme le transport. Pour beaucoup d’entreprises, cela signifie une pression sur les marges, retransmise en partie au consommateur, du moins pour celles qui peuvent se le permettre. Et in fine, davantage d’inflation.

Jusqu’ici trop faible pour constituer un sujet sérieux de préoccupation, le prix du carbone pourrait donc devenir un véritable enjeu économique, et même politique. Pour s’acquitter de leur contribution à la pollution au carbone qu’ils génèrent indirectement, jusqu’où les consommateurs accepteront-ils de payer plus cher leurs biens et services essentiels ? Jusqu’où les actionnaires accepteront-ils de réduire les marges des entreprises ? Jusqu’où l’Europe acceptera-t-elle de jouer son rôle de pionnière, devenant de fait un repoussoir économique au profit de pays où le prix du carbone serait nul, ou moindre ? Une législation mondiale, désespérément nécessaire, est-elle envisageable ? Les Etats-Unis ne semblent guère pressés. La Chine, pourtant fermement engagée dans une démarche de transition énergétique, vient de reporter le lancement de son marché du carbone. La guerre économique entre des zones soumises à des prix du carbone différents ne fait que commencer.

Pour un investisseur, la leçon est claire : les valeurs bénéficiant de la transition énergétique n’en sont qu’au début de leur prospérité. Plus le coût du carbone sera élevé, plus l’investissement direct ou indirect dans les énergies décarbonées est en effet rentable. Ne pourrait-on même imaginer des instruments financiers destinés à investir directement sur le prix du carbone émis ? Certes, la tonne d’équivalent carbone émise n’a aucun rendement par elle-même, comme toute autre matière première. Mais elle a une réalité physique et une valeur d’usage industriel. Au fond, acheter du carbone émis, donc soutenir son prix, c’est encourager la transition énergétique.

Nouvelle classe d’actifs, nouvelle source de guerre économique, nouvelle source d’inflation, nouvelle pression sur la rentabilité des entreprises, nouvel enjeu diplomatique, nouveau sujet de polémiques scientifiques, politiques et idéologiques… le carbone, pour longtemps, sera un sujet chaud.

Rédaction achevée le 02.07.2021
Auteur :Alexis Bienvenu, gérant

Télex

♦ Le chômage monte, les emplois aussi ! Le rapport mensuel sur le chômage américain affiche des données difficiles à concilier entre elles. Attendues à 720 000, publiées à 850 000, les créations nettes d’emplois non agricoles au mois de juin constituent une bonne surprise, surtout après deux rapports décevants. Hélas, dans le même temps, le taux de chômage remonte à 5,9% contre 5,6% attendu et 5,8% le mois précédent. Et la participation est stable à 61,6%, n’expliquant en aucune façon la divergence entre la bonne surprise sur les créations d’emplois et la mauvaise sur le chômage.
Quoi qu’il en soit — le mois prochain verra peut-être des révisions qui expliqueront cette étrange situation — le marché a pris le parti de trouver ces données de nature à soutenir les actions. En effet, ces données plaident pour que la Fed conserve une attitude accommodante encore longtemps.

♦ L’activité plafonne, l’inflation crève le plafond. L’enquête d’activité ISM Manufacturier pour le mois de juin atteste un plafonnement à un niveau élevé, à 60,6 contre 61,2 précédemment. Mais ce qui ressort surtout de cette enquête, c’est le niveau de l’indicateur « prix payés » : il s’élève à 92,1 contre 88 le mois dernier, soit son plus haut niveau depuis la crise pétrolière de 1974 ! Elle avait frôlé ce niveau également au début de l’été 2008. L’inflation sera peut-être de courte durée, mais elle est aigüe.

Le picking de la semaine

GN STORE NORD, de belles perspectives en ligne de mire

L’actu. Le spécialiste danois des casques audio et des aides auditives est confiant sur les perspectives à court et moyen terme. La croissance du marché de l’audio devrait en effet avoisiner les 10% par an ces quatre prochaines années.

Notre analyse. GN STORE NORD se positionne sur deux marchés. Celui des casques audio à usage personnel ou professionnel qui devrait afficher un taux de croissance d’environ 10% par an. Sur ce marché, qui représente environ 60% de son activité, GN STORE NORD est numéro 1 mondial, face à des  acteurs tels que Plantronics, Logitech ou Sennheiser, grâce à la pénétration croissante des logiciels de communication qui lient les mails, l’audio, la vidéo et la téléphonie fixe et mobile. L’adoption de tels logiciels va de pair avec le renouvellement de l’équipement en casques et micros, porté par la généralisation du télétravail notamment. Le groupe danois est également numéro 2 des call centers. Le second marché sur lequel il est positionné est celui des aides auditives, qui croît à un rythme plus faible, d’environ 4% par an. La société  danoise est l’acteur qui enregistre la plus forte croissance, notamment grâce à son leadership technologique. Prudent, le management maintient ses objectifs de croissance de 25% cette année, avec une stabilisation attendue à partir du second semestre. Si les ventes sur une partie du réseau américain sont quelque peu décevantes, elles s’expliquent par le fait que les visites chez les audiologistes ne pourront reprendre que début juillet. De plus, la medtech danoise vient de plus de lancer un nouveau produit.

En conclusion. Ce grand spécialiste de l’audio continue d’évoluer sur des marchés consolidés qui bénéficient de tendances structurellement porteuses. La société enregistre une croissance historique de son chiffre d’affaires, supérieure à 5% par an, une marge brute qui dépasse 60% et dispose selon nous d’une structure financière solide. Son potentiel d’appréciation reste, selon nos analyses, attractif.

Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.
La Financière de l’Échiquier décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
10
Shares
Publications similaires