LFDE : Macroscope | Les actualités économiques et financières

Macroscope : La Fed, myope ou visionnaire ?

Au cours des dernières semaines, l’administration américaine dans son ensemble – le président Biden, la secrétaire d’Etat J. Yellen et le président de la Fed – s’est montrée de plus en plus disposée à assumer le risque d’une récession volontairement induite par les hausses des taux directeurs. Alors que les économies de marché tentent en général – à l’exception notamment des périodes de guerre – de favoriser la croissance du PIB à court terme, quitte à sacrifier d’autres richesses comme le patrimoine écologique, nous vivons un épisode rare où cette priorité passe volontairement au second plan, au profit d’un objectif de long terme : la stabilité des prix. Ainsi Jerome Powell vient-il de reconnaître explicitement, lors de son audition du 22 juin devant les sénateurs américains, que la récession est « certainement une possibilité », mais que cela ne le fera pas dévier de son combat contre l’inflation. La sénatrice Elisabeth Warren, qui avait qualifié Jerome Powell d’« homme dangereux » lors d’une précédente audition, l’a mis devant ses responsabilités en invoquant les « millions d’emplois » qui pourraient être perdus en cas de récession. Mais le président Powell n’a pas bronché, tout en reconnaissant que la Fed n’avait aucun pouvoir pour modérer les prix affectant les biens qui figurent parmi les plus essentiels aux ménages, à savoir l’énergie et les denrées alimentaires. La Fed assume ainsi le risque de la récession, tout en se défendant de la souhaiter, et en reconnaissant ne pouvoir guère influer sur la partie la plus visible de l’inflation. Le risque est double : non seulement celui d’une récession par la restriction des conditions financières mais, dans le pire des cas, celui d’une récession sans effet direct sur les prix des biens de première nécessité.

Le marché ne s’y est pas trompé : après avoir atteint un sommet à près de 3,50% de rendement sur les obligations américaines à 10 ans juste avant l’audition de J. Powell, ce taux est rapidement redescendu aux alentours de 3% en fin de semaine, reflétant des craintes de ralentissement de l’économie. Les marchés de taux anticipent même un inversement de la politique monétaire par des baisses de taux directeurs dès le premier semestre 2023.

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Qui sont les perdants et les gagnants quand la Banque Centrale ne réagit pas à l’inflation ?
Suiv.
La valorisation des smalls caps aux Etats-Unis au plus bas niveau historique
Pour aller plus loin


1 kit Fibee
(une interview + une newsletter dédiée + diffusion de votre interview)
1 bannière
(748x90 en rotation pendant une semaine sur l'ensemble de nos supports)
10% de réduction
sur la commande d'un des services Fibee.

Vous gagnerez également un ticket pour le tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter un iPad Mini de dernière génération !

• Tirage au sort le vendredi 30 septembre à 17h00
• Une participation possible toutes les 24 heures
• Jeu réservé aux professionnels de la gestion d'actifs

Tentez votre chance !
En cochant cette case je confirme être un professionnel de la gestion d'actifs, j'accepte de recevoir les communications de fibee.fr et de participer au tirage au sort qui aura lieu le vendredi 30 septembre 2022.
Never
Remind later
No thanks