Vintage computer | Les actualités économiques et financières

Macroscope : Leçon financière en pattes d’éléphant

La publication, le 13 septembre dernier, d’une inflation américaine à 8,3% pour le mois d’août, légèrement au-delà du niveau anticipé – 8,1% – aurait pu sembler anodine étant donné la différence, somme toute faible, entre les attentes et la donnée effective. Pourtant, ce fut un choc sur les marchés. Les indices actions américains ont subi des baisses dépassant 4%, leur pire journée depuis juin 2020. Signe que le bouleversement est durable : le marché n’a pas rebondi depuis, contrairement à ce qui se passe souvent après une telle baisse. Il a même continué à glisser. Mais l’écho le plus durable est peut-être le moins visible. Il faut le chercher du côté des anticipations de hausses de taux directeurs de la part du marché. Au cœur du mois d’août, le marché attendait des taux directeurs à 3,50% d’ici la fin de l’année1. Les discours, tous plus martiaux les uns que les autres, des participants au comité de politique monétaire américaine l’ont ensuite incité à réviser à la hause ses anticipations. Puis en l’espace d’une journée, le jour de la publication, elles se sont hissées jusqu’à 4,25%. Soit 75 points de base de plus qu’un mois auparavant, un niveau déjà élevé par rapport à la moyenne des dernières décennies. Une différence, cette fois, tout sauf anodine.

Pour le marché, le problème n’est pas tant le niveau global de l’inflation, auquel il s’attendait peu ou prou. Il provient surtout de sa source principale, plus profonde que l’augmentation des prix de l’énergie et des denrées alimentaires : il s’agit du logement. Contre toute attente, les loyers continuent à flamber. Et comme les taux d’emprunt continuent eux aussi à monter, on doit s’attendre à des demandes vigoureuses d’augmentations salariales, difficiles à contester d’autant que le marché de l’emploi américain se porte toujours très bien. Cela augure d’une inflation assez durable. Et donc de banques centrales en mode martial pour longtemps, quitte à ce que la croissance souffre – du moins tant que l’emploi ne s’effondre pas.

Les investisseurs abordent ainsi une période que peu d’entre eux ont connu, rappelant fortement les années 1970. Si nous sommes appelés à les revivre peu ou prou, malgré toutes les différences évidentes – en particulier la démographie et le niveau d’endettement public – quels sont les nouveaux repères à intégrer, au regard du dernier régime d’inflation durable aux Etats-Unis ?

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
L’Armageddon anti-inflation terrorise les marchés
Suiv.
Un seul chiffre (d’inflation) vous manque, et tout est dépeuplé
Pour aller plus loin


1 kit Fibee
(une interview + une newsletter dédiée + diffusion de votre interview)
1 bannière
(748x90 en rotation pendant une semaine sur l'ensemble de nos supports)
10% de réduction
sur la commande d'un des services Fibee.

Vous gagnerez également un ticket pour le tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter un iPad Mini de dernière génération !

• Tirage au sort le vendredi 30 septembre à 17h00
• Une participation possible toutes les 24 heures
• Jeu réservé aux professionnels de la gestion d'actifs

Tentez votre chance !
En cochant cette case je confirme être un professionnel de la gestion d'actifs, j'accepte de recevoir les communications de fibee.fr et de participer au tirage au sort qui aura lieu le vendredi 30 septembre 2022.
Never
Remind later
No thanks