Macroscope : Sayonara Kuroda

Après 10 ans de bons et loyaux services à la tête de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda a présidé sa dernière réunion de politique monétaire. Celle-ci s’est achevée sur un statu quo, comme un épilogue à une décennie de politique monétaire ultra-accommodante dans l’archipel. Mais alors que M. Kuroda tire sa révérence, les défis qui attendent la banque centrale sont nombreux. Après y avoir longtemps échappé, le Japon a en effet été rattrapé par la vague inflationniste qui touche la plupart des pays du monde. En janvier, elle s’établissait à 4,3%, un chiffre modeste comparé aux taux proches de 10% observés l’an passé aux Etats-Unis ou en Europe mais qui n’en reste pas moins le plus élevé depuis le début des années 1980. Et à l’instar de ce qui s’est passé en Occidentl’inflation tend à présent à se diffuser très largement dans tous les secteurs de l’économie, soutenue par un marché du travail tendu, qui favorise une nette hausse des salaires. Autrement dit, avec plusieurs trimestres de retard, le Japon est confronté exactement aux mêmes mécanismes que les Etats-Unis ou l’Europe. Dès lors, la politique monétaire ultra-accommodante menée envers et contre tout par la Banque du Japon et à peine infléchie en fin d’année dernière, paraît de moins en moins défendable.

Haruhiko Kuroda parti, c’est à Kazuo Ueda, économiste et membre du conseil de la Banque du Japon de 1998 à 2005, que revient la lourde tâche de tenter une normalisation de la politique monétaire de l’archipel. Et si, à ce stade, le nouveau gouverneur la considère toujours comme « appropriée », il en a également souligné les effets pervers, ce qui ouvre la voie à des modifications dans les prochains mois. La plus crédible semble être l’abandon progressif du contrôle de la courbe des taux (ou Yield Curve Control). Cette politique, mise en place en 2016, vise à maintenir le niveau des principaux taux d’intérêt de la dette publique entre des bornes déterminées, un outil controversé qui a eu un coût très élevé ces derniers mois. La banque centrale a dû en effet largement accroître ses achats d’obligations publiques face une spéculation militant pour des taux plus élevés. Il devrait donc être ajusté à l’avenir, mais la politique monétaire japonaise ne changera pas non plus du tout au tout.

D’abord, parce que Kazuo Ueda, s’il apparaît moins accommodant que son prédécesseur, n’est pas sur une ligne particulière restrictive. Surtout, parce qu’avec un endettement public qui s’élève à 264% du PIB – le ratio le plus élevé au monde – l’Archipel ne peut pas se permettre une envolée des taux d’intérêt qui ferait exploser le coût de la dette. Quoi qu’il en soit, ce nouveau cycle dans lequel devrait s’engager la Banque du Japon ne sera pas sans conséquence pour les marchés financiers. Au-delà du cas propre des actifs japonais, qui pourraient être sous-pression à cause de la diminution du soutien monétaire, c’est l’ensemble des marchés obligataires mondiaux qui pourrait être affecté.

Prec.
La Fed au pied du mur des taux
Suiv.
Fibee Calls : “Chute des banques, keep calm et on regarde à moyen terme” avec Christophe Bourdajaud (IsoBourse)
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.