Marchés financiers : l’année s’annonce agitée

2023 s’est achevée par un solide rally sur les actions (+4,7 % en décembre pour l’indice MSCI AC World[5] en dollars) qui ont été portées par les espoirs de baisse rapide des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine. Dès la deuxième séance de 2024, cette assurance a semblé vaciller.

Alors que les investisseurs sortent à peine de la torpeur des fêtes, il ne faut, bien sûr, pas donner trop d’importance aux variations sur deux ou trois jours de cotation d’autant plus que les évolutions enregistrées au cours de la dernière semaine de 2023 étaient peu significatives compte tenu d’une activité réduite.

Malgré tous les vœux que l’on pourra formuler, une chose ne semble pas devoir changer en 2024. Pour le meilleur ou pour le pire, les moindres inflexions du discours de la Réserve fédérale américaine (Fed) vont continuer à être analysées (parfois à l’excès) par les investisseurs. De leur côté, les économistes continueront à suivre (parfois d’un peu trop près) les anticipations reflétées par les marchés.

De quoi parlent les banquiers centraux ?

Sans surprise, les discussions pendant les comités de politique monétaire portent sur la croissance et l’inflation et pas sur un calendrier précis de baisse des taux directeurs. C’est le message des Minutes de la réunion du FOMC (Federal open market committee[1]) des 12 et 13 décembre publiées le 3 janvier. Selon ce compte rendu, les membres du FOMC relèvent un « degré inhabituellement élevé d’incertitude » sur les perspectives économiques. Ils jugent « approprié » de maintenir une politique monétaire restrictive même si certains s’inquiètent des risques baissiers sur l’économie associés à un trop fort degré de restriction.

L’estimation en temps réel de la croissance du PIB au 4e trimestre calculée par la Fed d’Atlanta (GDPNow[6]) s’est inscrite à 2,5 % début janvier, toujours nettement au-dessus du consensus des économistes de marché.

Le sursaut de l’activité fin 2023 dans les secteurs immobilier (mises en chantier, ventes dans l’ancien) et manufacturier (production industrielle, enquête ISM[8]) explique cette évolution favorable. Cette amélioration semble toutefois fragile. D’une part le moral des constructeurs de maisons n’est que modestement remonté en décembre après 4 baisses consécutives. D’autre part, si la reprise de l’activité chez les constructeurs automobiles (après deux mois de grève en septembre et octobre) pourrait entraîner la poursuite du rebond de la production en décembre, le mouvement ne devrait pas se prolonger au-delà alors que l’indice PMI manufacturier[2] est tombé en décembre à 47,9, au plus bas depuis juin, sous l’effet d’un recul des commandes.

Le Président de la Fed de Richmond, qui participera au vote sur la politique monétaire cette année, a déclaré le 3 janvier que la réunion de mars était encore loin et qu’il s’efforçait « de ne pas anticiper les réunions ». Il n’a pas exclu la possibilité de hausses supplémentaires des taux directeurs et rappelé que les données sur l’inflation et la croissance guideront les décisions de politique monétaire.

La veille, le gouverneur de la Banque d’Espagne, avait déclaré à peu près la même chose : la durée pendant laquelle les taux devront être maintenus à leur niveau actuel va dépendre de l’évolution des données économiques dans un contexte d’incertitude élevée. A la toute fin de 2023, Robert Holzmann (Banque centrale d’Autriche) avait indiqué que les baisses de taux « n’étaient en aucun cas garanties pour 2024 ».

Que penser des données économiques ?

Les banquiers centraux nous expliquent que leurs prochaines décisions vont « dépendre des données économiques », et ils vont sans doute nous le répéter souvent cette année. Examinons les premiers indicateurs dont nous disposons.

Les enquêtes auprès des directeurs des achats ont révélé une activité moins solide fin 2023. L’indice Global PMI[9] du secteur manufacturier est passé de 49,3 à 49 en décembre et oscille autour de ce niveau depuis août dernier. L’indice est inférieur à 50, ce qui signale une contraction de l’activité manufacturière, pour 22 des 29 pays dans lesquels l’enquête est réalisée. Il a davantage baissé dans les économies développées. Les entreprises déclarent réduire leurs effectifs face à la faiblesse des commandes.

Aux Etats-Unis, l’enquête ISM auprès des directeurs des achats a surpris à la hausse, l’indice se redressant de 46,7 à 47,4 dans le secteur manufacturier. Notons toutefois qu’un indice ISM manufacturier[3] inférieur à 48,7 correspond historiquement à une contraction de l’ensemble de l’économie.

Dans la zone euro, l’indice composite est resté stable à 47,6 en décembre (un meilleur résultat qu’en première estimation). Pour le 4e trimestre, le niveau moyen de l’indice ressort à 47,2 (47,5 au 3e trimestre), un niveau qui correspond à une récession (après une contraction de 0,1 % du PIB au 3e trimestre). La dégradation de la composante sur l’emploi corrobore ce résultat.

L’année s’annonce agitée

Les conclusions du dernier comité de politique monétaire de la Fed de 2023 ont offert aux investisseurs le « pivot[7] » qu’ils attendaient depuis longtemps. En indiquant explicitement que la remontée des taux directeurs était terminée et, implicitement, qu’une baisse pouvait être envisagée dès le premier semestre 2024, Jerome Powell a alimenté le rally de fin d’année sur les actions et les obligations.

Face au net ralentissement de l’inflation et aux signes de tassement de l’activité, qui sont encore timides aux Etats-Unis, les investisseurs se sont mis à anticiper de nombreuses baisses des taux. Ils sont de plus en plus nombreux à adhérer au scénario idéal d’un atterrissage en douceur selon lequel la lutte contre l’inflation a été un succès qui n’a pas provoqué et ne provoquera pas de récession.

La hausse des actions au 4e trimestre 2023 est restée fortement liée aux anticipations de baisses rapides des taux intervenant tôt en 2024 qui paraissent excessives par rapport à ce scénario idyllique.

A court terme toutefois, ce thème pourrait continuer à jouer, en premier lieu parce que le cycle de resserrement monétaire est terminé, ce qui constitue un changement important pour de nombreuses classes d’actifs.

Compte tenu de la violence du rally obligataire en décembre, des ajustements sur les niveaux de taux sont prévisibles en début d’année, ce qui pourrait entraîner des mouvements erratiques. Il nous semble approprié de commencer 2024 avec des positions plus équilibrées dans nos portefeuilles en remontant la part des actions à la neutralité (sans remettre en cause une certaine prudence à moyen terme) et en réduisant l’ampleur de la sursensibilité de la poche obligataire de nos portefeuilles après des prises de bénéfices. Les risques géopolitiques n’ont pas reflué, au contraire, fin 2023, et l’élection présidentielle aux Etats-Unis devrait être une importante source d’incertitude cette année qui pourrait entretenir une certaine nervosité.

Avertissement

Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n’ont pas d’expérience professionnelle en matière d’investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, de la moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués. Les actifs privés sont des opportunités d’investissement qui sont absentes des marchés publics, comme les bourses de valeurs mobilières. Ils permettent aux investisseurs de s’exposer de manière directe à des thèmes d’investissement à long terme et donnent accès à des secteurs ou industries spécialisés, comme les infrastructures, l’immobilier, le private equity[4] et d’autres solutions alternatives difficilement accessibles via des moyens traditionnels. Les actifs privés doivent toutefois faire l’objet d’une approche rigoureuse en raison d’un niveau d’investissement minimum souvent élevé, d’une complexité accrue et d’une forte illiquidité.

Termes et définitions
1. FOMC ( Federal open market committee ) Le FOMC (Federal Open Market Committee) est le comité des marchés ouverts du Fédéral de la Réserve américaine.
2. PMI manufacturier. Le PMI manufacturier, ou Indice des Directeurs d'Achat du secteur manufacturier (Purchasing Managers' Index for Manufacturing), est un indicateur économique important qui mesure la santé du secteur manufacturier d'une économie.
3. ISM manufacturier. L’indice ISM manufacturier est un indicateur économique qui mesure le niveau d’activité des manufacturiers aux États-Unis. Il est…
4. private equity. Le Private equity est un type de financement qui consiste à investir de l’argent dans des entreprises non…
5. MSCI AC World. MSCI AC World est un indice boursier mondial composé d’actions cotées dans les marchés développés et émergents du…
6. GDPNow. Le “GDPNow” est un modèle d’estimation en temps réel du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis développé par…
7. Pivot de la Fed ( pivot ) Le pivot de la Fed est la politique monétaire de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed).
8. ISM. L’indice ISM, également connu sous le nom de rapport sur l’activité manufacturière de l’Institute for Supply Management (ISM),…
9. PMI. L'indice PMI (Purchasing Managers' Index) est un indicateur mensuel qui mesure la performance des secteurs de l'industrie manufacturière et des services.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
2024 : Poursuite d’un cycle économique atypique ?
Suiv.
Bilan des marchés actions : 2023, une année riche en surprises
Plus de publications