Marchés obligataires : le retour en grâce du portage

Au cours des dernières années, la généralisation des taux bas, voire négatifs, avait réduit l’intérêt d’investir sur les marchés obligataires dans une optique de portage, autrement dit de conservation des titres en portefeuille pour profiter de leur rendement, éventuellement jusqu’à leur échéance.

La situation a toutefois radicalement changé au cours des derniers mois, suite à la récente remontée des taux. Le rendement des OAT françaises à 5 ans et 10 ans est repassé au-dessus de 2% par an. Sur le segment des obligations privées « Investment Grade » libellées en euro, le taux d’intérêt moyen des titres à 5-7 ans est quant à lui revenu au-dessus de 4% (indice BofA 5-7 Year Euro Corporate), contre 0,7% en début d’année.

Le taux de rendement des obligations d’entreprises est aujourd’hui nettement supérieur à la moyenne de ces 20 dernières années  (4,1% pour l’Investment Grade, 8,1% sur le segment High Yield) et permet aux investisseurs de se projeter à long terme sur les marchés obligataires en étant mieux rémunérés pour les risques pris. L’effet portage devrait donc désormais devenir le principal contributeur à la performance obligataire.

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 07 octobre 2022 et est susceptible de changer.

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/une-volatilite-exceptionnelle-sur-les-marches-obligataires/

***

Information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS

Prec.
Le Brexit a-t-il nui au Royaume-Uni?
Suiv.
Les marchés prudents avant l’inflation américaine et les FOMC