Espace | Les actualités économiques et financières

Mégatendances : l’espace, la nouvelle frontière de l’innovation

À mille lieues des pandémies, des guerres et des phénomènes météorologiques extrêmes sur Terre, les humains repoussent les limites de l’espace.

Alors que nous célébrons le 22e anniversaire de la vie et du travail dans l’espace, 2022 verra le lancement d’une mission lunaire inhabitée, les débuts d’un avion supersonique silencieux, ainsi que d’un avion expérimental entièrement électrique. D’autres programmes spatiaux incluront le test de la nouvelle technologie de défense planétaire aux États-Unis et une étude des rayons X de la lumière des trous noirs et d’autres objets cosmiques extrêmes.

Tout cela s’inscrit dans la continuité d’une année 2021 fructueuse qui a vu le rover Perseverance atterrir sur Mars, une sonde solaire toucher pour la première fois le soleil et la Chine ramener des échantillons de roche et de sol de la lune.

L’exploration spatiale est un domaine passionnant entre tous. Mais quel est l’intérêt de dépenser autant de temps et d’argent dans l’espace alors que l’humanité ici-bas est confrontée à des problèmes plus immédiats ?

Pour Sophie Hackford, universitaire et spécialiste du futur de l’Université d’Oxford, l’exploration de l’espace n’a jamais été aussi vitale pour l’avenir de l’humanité.

«(L’espace est) un levier d’innovation sous-estimé pour nos existences ici sur Terre. Il ne s’agit plus de la chasse gardée d’agences de recherche gouvernementales ou de complexes militaro-industriels, c’est aujourd’hui un domaine incroyablement passionnant où les entrepreneurs, les scientifiques, les gouvernements et les organismes innovent tous», déclare Mme Hackford, cofondatrice de 1715 Labs, une société de données et d’IA basée à Oxford.

«Je ne pense pas que nous comprendrons l’évolution des technologies futures ici sur Terre, à moins que nous ne comprenions ce qui se passe dans l’espace.»

Mais l’objectif, ajoute-t-elle, ne devrait pas être de trouver une planète B ou de créer une copie de la biosphère – comme l’a annoncé le fondateur de Space X, Elon Musk – afin que nous puissions bâtir ailleurs une deuxième version de la Terre pour que les riches puissent s’échapper.

«Pour moi, l’accent est et doit être mis à 100% sur notre vie sur Terre», explique Mme Hackford.

«Nous sommes confrontés à des défis incroyables sur Terre… Nous avons besoin de tout l’esprit d’entreprise et de toute l’innovation dont nous sommes capables pour les résoudre. C’est une sorte d’espace de laboratoire très important, presque un terrain de jeu, pour pouvoir tester de nouvelles idées.»

Prec.
L’italien ALA porté par le cycle fort de la défense en Europe
Suiv.
La Finance en 2040 vue par les experts : Nicolas Dubourg