Ménager la chèvre et le chou

Personne n’aurait voulu être à la place de J. Powell mercredi dernier. Il s’en est néanmoins bien sorti. Il a catégoriquement exclu une hausse des taux qui était envisagée il y a encore quelques jours de cela par 30% des opérateurs des marchés boursiers. Il a confirmé qu’une baisse des taux est toujours sur la table mais qu’elle surviendra beaucoup plus tard que prévu. C’était prévisible. Les statistiques des dernières semaines mettent en évidence que l’inflation est toujours un casse-tête outre-Atlantique. Juste un chiffre : : l’inflation super core, qui mesure l’inflation dans les services hors alimentation, énergie et logement, progresse et se rapproche de 5% de nouveau. En même temps, il a envoyé des signaux au marché monétaire en réduisant le rythme de réduction du bilan de la Fed à partir du 1er juin. Le quantitative tightening va passer de 60 milliards de dollars à 25 milliards de dollars. C’est nécessaire afin de garantir de bonnes conditions de refinancement et d’éviter un accident financier.

Les contrats à terme sur les taux d’intérêt prévoient désormais une seule réduction des taux en 2024 lors de la réunion de novembre de la Fed. Cette anticipation va évoluer en fonction des prochaines statistiques. Ce qui est certain, c’est le découplage monétaire à l’œuvre entre les États-Unis et le reste du monde. Ce n’est jamais une bonne nouvelle. C’est souvent synonyme de désordre monétaire et financier. Il suffit de voir ce qui se passe avec les devises asiatiques…

Perspectives

La saison des résultats continue cette semaine. Jusqu’à présent, c’est moyen. Les entreprises du S&P 500 enregistrent la plus faible surperformance moyenne après la publication de bénéfices positifs depuis le quatrième trimestre 2020. Mais tout cela pourrait changer avec les résultats de Nvidia le 22 mai prochain qui devraient être solides et confirmer la bonne direction des valeurs technologiques, en particulier celles qui se positionnent sur l’intelligence artificielle. Nous estimons que les valeurs tech devraient profiter dans les mois à venir de la combinaison de trois facteurs :

  • Le boom des infrastructures IA
  • Le rebond de la demande par les grands fournisseurs de services cloud.
  • L’engouement pour l’IA générative avec des applications concrètes dans la publicité numérique

Tout cela devrait favoriser une poursuite de la tendance de fond haussière des actions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Bourse : ce risque majeur pour la suite de l’année
Suiv.
La Fed prend son temps (pour l’instant)
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.