Le capitole (États-unis) | Les actualités économiques et financières

Mid-Term :  une élection 2022  pas comme les autres 

Les experts estiment que les républicains sont susceptibles de remporter la majorité à la Chambre des représentants, mais le contrôle du Sénat est moins certain. Les républicains abordent la dernière semaine de la course au contrôle du Congrès avec un avantage serré mais distinctif. L’économie et l’inflation sont devenues les principales préoccupations, donnant au parti républicain l’élan nécessaire pour reprendre le pouvoir aux démocrates. Selon un sondage New York Times/Sienna College, 49 % des électeurs potentiels ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter pour un républicain afin de les représenter au Congrès le 8 novembre, contre 45 % qui voteraient pour un démocrate. Ce résultat marque une nette amélioration en faveur des républicains depuis septembre.

L’histoire récente a montré que de nombreuses choses peuvent changer d’ici les élections. La question énergétique est centrale et nous pourrions constater des décisions de la présidence actuelle sur l’utilisation des stocks de pétrole ou des limites à l’exportation sur l’essence afin d’impacter positivement le pouvoir d’achat des ménages américains et inverser la tendance récente. Les démocrates peuvent conserver les deux chambres mais, généralement, le parti au pouvoir perd des sièges. Lorsque les républicains ont conservé les deux chambres lors des élections de mi-mandat de 2002, Bush avait maintenu sa politique et accéléré la mise en œuvre de sa précédente réduction d’impôts. La situation est totalement différente en 2022.

Sources :  Raymond James

Une victoire démocrate conforterait la politique actuelle : plus de dépenses pour le crédit d’impôts en faveur des enfants, des énergies renouvelables et Medicaid avec des augmentations d’impôts, et plus d’opposition aux combustibles fossiles. Cela pourrait, le cas échéant, semer des doutes sur les anticipations d’inflation et une banque centrale encore plus restrictive pour lutter contre la hausse des prix.
Ces élections arrivent alors que la cote de popularité de Joe Biden a chuté depuis son élection. Sa faible cote de popularité est principalement due aux niveaux d’inflation les plus élevés du pays depuis quatre décennies. Le midterm pourrait voir les Républicains progresser de nouveau et prospérer sur le mécontentement que suscite, comme toujours, un pouvoir déjà en place. 

Source : https://projects.fivethirtyeight.com/

Certains Etats sont particulièrement scrutés. La Pennsylvanie, Etat clé des élections de mi-mandat, « swing state », oscille d’une tendance à l’autre avec ses grandes villes plutôt en faveur des Démocrates et ses zones rurales plutôt pro-Républicains. Le Texas également, où les questions de l’avortement et de l’immigration dominent et électrisent le débat avec un Donald Trump qui est toujours bien présent.

D’une certaine manière, cette élection s’apparente davantage à une élection présidentielle plutôt qu’une élection de mi-mandat. En temps normal, ces élections ne provoquent pas de grandes variations ; elles servent généralement de référendum sur le président en exercice. Cependant, une série de décisions de la Cour suprême à majorité conservatrice (sur l’avortement, les armes à feu, l’environnement, l’éducation et d’autres questions) a modifié les rapports de force. Les victoires de Biden (y compris l’adoption de ses projets de loi sur le climat, la fiscalité et les soins de santé) et le retour de Donald Trump sur le devant de la scène (avec les révélations de la commission d’enquête sur l’assaut du Capitole) auraient dû modifier la dynamique. Cependant, les sondages montrent que les électeurs privilégient l’économie aux menaces qui planent sur la démocratie. Ils sont plus préoccupés par l’immigration que par l’avortement.

Prec.
Fibee Calls : “un consensus beaucoup trop optimiste sur la baisse de l’inflation en 2023” avec John Plassard (Mirabaud et Cie)
Suiv.
Zone euro : des entreprises plus prudentes dans leurs demandes de crédit