Porté par l’essor continu du diabète, Novo Nordisk pourrait aussi tirer parti de l’obésité croissante

Le monde comptait plus de 530 millions de diabétiques et 760 millions de personnes en état d’obésité en 2021, selon le laboratoire Novo Nordisk et le World Diabetes Atlas. Pourtant, à 3 milliards de dollars, le marché des médicaments sur ordonnance contre l’obésité est 18 fois plus petit que celui des médicaments contre le diabète qui pèse 55 milliards de dollars. A cela, on trouve deux raisons majeures : les médicaments disponibles pour traiter l’obésité ont longtemps été peu efficaces et l’obésité n’était pas considérée comme une véritable maladie.

Le diabète et l’obésité progressent partout dans le monde

Fondé il y a 100 ans, Novo Nordisk est un laboratoire pharmaceutique danois spécialisé dans le traitement des pathologies métaboliques (diabète et obésité) qui représente plus de 85% du chiffre d’affaires du groupe. Le reste de l’activité est attaché au traitement des maladies rares (maladies cardiovasculaires, maladies rénales chroniques …).

Source : International Diabetes Federation – Diabetes Atlas – 10ème édition 2021

Des perspectives de croissance importantes pour Novo Nordisk au-delà du traitement du diabète

Au cours des dernières années, tout en continuant à se développer de manière ambitieuse et avec du succès dans le domaine du diabète, grâce à l’expansion rapide de sa franchise GLP1, une hormone peptidique  qui stimule la production naturelle d’insuline, Novo Nordisk a élaboré une stratégie qui lui permet de préparer son développement au-delà du traitement du diabète. Ce dernier a naturellement mené vers le traitement de l’obésité. Puis, l’intérêt du laboratoire s’est porté progressivement vers les maladies métaboliques, au sens large, qui comprennent les maladies cardiovasculaires, hépatiques et rénales. Si le traitement de l’obésité est déjà un axe de développement du groupe, celui des autres pathologies a besoin d’enregistrer des progrès pour détecter des avancées positives puis que soient déposés des brevets, des demandes d’agrément auprès des autorités sanitaires et que les lancements commerciaux soient décidés.

L’arrivée de Lilly dans le paysage concurrentiel confirme le potentiel élevé des traitements contre l’obésité

La concurrence sur le marché de l’obésité s’est accentuée récemment avec le laboratoire américain Lilly qui est parvenu à développer un médicament plus efficace, a priori, que celui de Novo Nordisk dans la réduction du poids. Quoi qu’il en soit, le marché potentiel est important et encore peu couvert :  quelques millions de personnes, seulement, sont soignées actuellement contre l’obésité. Même si la concurrence s’amplifiait, le marché resterait suffisamment important pour absorber une offre plus large. En outre, le temps nécessaire à la validation de nouveaux médicaments par la Federal Drug Administration et le temps requis à la montée en puissance des capacités de production laissent à Novo Nordisk une avance conséquente sur ses concurrents.

La prime de valorisation de Novo Nordisk justifiée par son potentiel de croissance

L’analyste-gérant buy-side de Gay-Lussac Gestion, Hugo Voillaume, estime que la base de comparaison concernant la croissance reste favorable en 2023 avec l’accélération du développement du laboratoire danois sur le marché de l’obésité. Le groupe situe ses anticipations de croissance du chiffre d’affaires entre 13 et 19%, à taux de change constants. Au-delà de ces perspectives, plus le groupe parviendra à augmenter ses capacités de production, pour mieux répondre à la demande du marché aux Etats-Unis puis dans le reste du monde, plus sa croissance pourra augmenter.

Le bilan financier de Novo Nordisk est solide avec un ratio de dette nette /EBITDA[1] égal à zéro, avec un Free Cash-Flow qui pourrait représenter près du tiers du chiffre d’affaires en 2023 et au-delà, selon l’analyste buy-side de Gay-Lussac Gestion.

La visibilité de son marché potentiel et l’historique de gestion du laboratoire danois, sans oublier son poids dans l’indice des actions cotées au Danemark, font partie des arguments en faveur de la prime de valorisation dont le titre de Novo Nordisk bénéficie par rapport à ses concurrents. Convaincu du profil de croissance de la société, Gay-Lussac Gestion estime que la prime de valorisation est justifiée. Le PEG[2] (le ratio du cours de la valeur rapporté à la croissance de ses bénéfices) pour 2023 est d’ailleurs inférieur à celui du secteur, à 1,5x contre 1,6x.

Termes et définitions
1. EBITDA. L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization) est une mesure de la performance financière d’une entreprise. En…
2. Price-earnings to growth ( PEG ) Le ratio Price-Earnings to Growth (PEG) est un outil d’évaluation utilisé pour déterminer la valeur relative d’une action.…
Prec.
Talking heads – A silver lining for green stocks
Suiv.
Les marchés résistent face au risque de récession américaine
Plus de publications