Chine | Les actualités économiques et financières

Perspectives marchés émergents 2023

Des perspectives de croissance en ordre dispersé pour 2023

Les variations sont considérables selon les régions : en Asie par exemple, le FMI est optimiste et prévoit une croissance en hausse d’environ 5%. Plusieurs raisons président à ces solides perspectives dans un environne- ment où l’économie mondiale ralentit. L’inflation reste plus faible par rapport aux autres pays émergents, ce qui permet aux banques centrales d’effectuer des hausses de taux plus modérées. La demande intérieure reste donc résistante et, à l’exception de la Chine, va également être portée par une reprise durable après la pandémie. Par ailleurs, diverses économies asiatiques avec une part d’exportations plutôt faible en pourcen- tage du PIB sont moins exposées à la dynamique de de- mande mondiale négative. En parallèle, la réouverture de la Chine attendue pourrait donner un élan supplé- mentaire, même si celle-ci ne sera cette fois pas la loco- motive de la croissance. Pour la première fois depuis 1990, la croissance chinoise devrait être inférieure à celle des autres pays émergents asiatiques (voir gra- phique 1). Les perspectives sont un peu moins roses en Amérique latine. La hausse des taux d’inflation a con- traint les banques centrales à de vifs relèvements des taux d’intérêt, qui vont peser sur la demande inté- rieure. D’autres pays comme le Mexique ressentent le ralentissement de la demande américaine. A cela s’ajoute l’incertitude politique toujours élevée dans la région avec de nouveaux gouvernements populistes dans divers pays. Dans l’environnement politico-éco- nomique actuel, l’Europe de l’Est est particulièrement vulnérable. Cela ne tient pas seulement à la proximité avec la guerre, qui garde la température géopolitique

elevée. La région dépend fortement du cours de la croissance d’Europe occidentale, où la récession sévit déjà dans quelques pays. De plus, la pression des prix reste très élevée, avec des taux d’inflation à deux chiffres malgré de fortes hausses de taux d’intérêt des banques centrales. Cela pèse sur l’économie inté- rieure.

Possibilité d’assouplissement monétaire

Les banques centrales des pays émergents ont bien travaillé dans ce contexte de forte inflation. Elles ont devancé les relèvements de la Fed et ont nettement augmenté leurs taux directeurs au cours de l’année 2022. Certaines d’entre elles auront la possibilité de mettre un terme au cycle de relèvement, et des pays pourraient être en mesure d’effacer en 2023 une partie des relèvements effectués. C’est notamment le cas des économies latino-américaines, le Brésil en tête, dont la banque centrale a relevé les taux d’intérêt à plus de 13% et où les taux réels (taux nominaux corrigés de l’inflation) affichent plus de 7%. Elle pourrait ainsi être à même de procéder à une première baisse, a fortiori si la pression inflationniste reflue. D’autres pays devront être plus prudents. En Europe de l’Est, les taux d’inflation sont à deux chiffres, malgré la forte augmentation des taux. En termes réels, ils restent englués en territoire négatif. Les banques centrales asiatiques ont tardé à relever leurs taux, et ont donc peu de latitude pour les laisser au niveau actuel, voire les baisser, en particulier tant que la Fed poursuit son cycle de relèvement. Dès que cette dernière aura atteint son taux maximal, les premiers pays asiatiques comme l’Inde ou l’Indonésie pourraient être en mesure d’assouplir leur politique monétaire.

Total
0
Shares
Prev
Fibee Calls : “Une COP15 et des progrès” avec Philippe Waechter (Ostrum AM)
Next
L’avantage de l’Allemagne sur la France, l’Espagne ou l’Italie