Brésil | La revue de presse économique et financière

Politique monétaire estivale de l’Amérique latine : dans le doute, hausser les taux

Agence SAND

De toute évidence, l’inflation est un risque que les banques centrales des pays d’Amérique latine ne prennent pas à la légère. Sur les huit hausses de taux dans les marchés émergents, quatre sont le fait de banques centrales d’Amérique latine (Banque centrale du Brésil -BCB-, Banque centrale du Mexique -Banxico-, Banque centrale du Chili -BCCh-et Banque centrale du Pérou -BCRP-) auxquelles la banque centrale de Colombie (BanRep) devrait emboîter le pas dès le mois prochain. Les chiffres robustes de l’inflation publiés dernièrement, l’action du marché (également portée par les événements budgétaires et politiques) et les modifications apportées au discours des banques centrales renforcent notre conviction que la normalisation des politiques va se poursuivre. Nous examinons chaque cas un peu plus en détail ci-dessous.

• La BCB vise un niveau de légère contraction : la banque centrale a augmenté ses taux de 100 points de base à 5,25% au début du mois d’août et a d’ores et déjà annoncé une autre augmentation de même ampleur en septembre. Mais surtout, la BCB a reconnu que les taux devaient dépasser le niveau neutre pour que l’inflation converge vers l’objectif. Nous sommes d’accord et anticipons une hausse des taux à 8% d’ici la fin de l’année.

• Banxico, hausse hésitante : une nouvelle hausse de 25 points de base en août a été décidée après un vote très partagé (3-2), malgré d’importantes révisions à la hausse de l’inflation. Nous tablons sur une hausse des taux à 5-5,25 % d’ici la fin de l’année en raison du niveau obstinément élevé de l’inflation, les hausses cessant lorsque le conseil abandonnera son ton sévère pour se montrer plus conciliant en début d’année prochaine.

• Accélérationde la BCCh: la BCCh a donné le coup d’envoi de son cycle haussier avec un modeste tour de vis de 25 points de base en juillet dans une optique de normalisation partielle et progressive par la suite. Compte tenu de la vigueur de la dynamique de croissance, de l’extension de l’aide d’urgence et du niveau supérieur à l’objectif de l’inflation, nous pensons que la BCCh durcira davantage sa politique monétaire durant le reste de l’année, pour revenir également à la neutralité.

• Cycle haussier désormais en vue du côté de la BanRep: le choix, à nouveau, par la BanRep de maintenir le statu quo en juillet n’a plus fait l’unanimité (5-2). De plus, une certaine dégradation de l’inflation, la hausse de la croissance et les modifications du discours indiquent qu’une normalisation de la politique ne devrait plus tarder. Nous envisageons une première hausse en septembre et une remontée des taux à un niveau neutre d’ici fin 2022.

• Julio Velarde de la BCRP présent au rendez-vous: avec une inflation visiblement supérieure aux objectifs et des anticipations d’inflation qui se détériorent, la BCRP a augmenté son taux de 25 points de base pour le porter au niveau toujours ultra-accommodant de 0,5% (enjuillet). D’autres hausses sont à attendre, à moins que Julio Velarde ne parvienne à rassembler les membres du conseil avec lesquels il peut travailler.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires