Manifs en Chine | Les actualités économiques et financières

Pourquoi la contestation chinoise a jeté un froid sur les marchés

Au lendemain d’un week-end de contestation contre la politique « zéro Covid-19 », la plupart des Bourses ont reculé le 28 novembre. Les investisseurs redoutent un nouveau ralentissement de l’économie chinoise.

C’est un ralentissement qui nuirait à toutes les entreprises très sino-dépendantes comme Apple pour la production de son iPhone, le Coréen Samsung ou encore les multinationales nippones. Les actions de ces sociétés ont piqué du nez au lendemain de ces manifestations disséminées à travers tout le pays, plombant l’humeur des marchés. Un ralentissement chinois aurait aussi des conséquences immédiates sur la demande de pétrole, dont la Chine est le premier consommateur au monde, d’où le plongeon des marchés pétroliers. Les investisseurs sont donc très préoccupés par cette contestation naissante et surtout par la façon dont Xi Jinping va y répondre pour préserver à la fois la paix sociale et l’économie.

L’économie chinoise patine depuis l’apparition du coronavirus

Effectivement, la pandémie et le choix d’un confinement strict ont mis un coup d’arrêt au modèle de croissance à 5% en vigueur en Chine depuis une trentaine d’années. La Chine n’arrive pas à reprendre son élan. Son économie souffre aujourd’hui de maux multiples, antérieurs à la pandémie. Mais c’est bien le Covid-19 et l’impossibilité d’en sortir qui mine aujourd’hui la reprise. Car la politique du « zéro Covid-19 » détruit, et la production et la consommation. Avec le regain pandémique actuel, 20% des centres névralgiques de l’industrie et du commerce chinois sont sous cloche. Plus d’un tiers de la population est aujourd’hui confinée. Cette situation devenue insupportable sur le plan individuel est aussi intenable pour l’économie.

Total
0
Shares
Prev
Poursuite du rallye boursier : Make or Break !
Next
Fibee Calls : “Des marchés de crédit particulièrement haussiers” avec Matthieu Bailly (Octo AM)