Pourquoi préférer la taxe inflationniste et la taxation des épargnants modestes à d’autres formes de taxation ?

 Les pays de la zone euro utilisent aujourd’hui deux formes de « taxation cachée » : 

  • la taxe inflationniste, levée sur les détenteurs de monnaie ; 
  • la taxation des épargnants modestes, levée sur les détenteurs d’obligations par l’écart entre l’inflation et les taux d’intérêt à long terme. 

Cette « taxation cachée » est de très grande taille. Pourquoi est-elle préférée à une taxation explicite, malgré ses effets redistributifs négatifs ? Peut-être : 

  • simplement parce qu’elle est cachée, pas perçue comme une véritable taxe, qu’elle est pourtant ; 
  • parce que les gouvernements espèrent qu’elle a moins d’effets négatifs sur la demande qu’une véritable taxe (ce qui est le cas si les ménages n’épargnent pas davantage pour reconstituer la valeur réelle de leur épargne). 
  • parce que c’est une taxe surtout sur les ménages et moins sur les entreprises. 
Total
0
Shares
Prev
Transition énergétique : une urgence pour les pays de l’Union Européenne
Next
La volatilité de tous les dangers