Publications économiques : des signes de faiblesse

La semaine dernière a été très chargée en termes de publications économiques de part et d’autre de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, le ralentissement de l’activité se confirme : le PIB du premier trimestre a ainsi progressé de +1,1% en rythme annualisé contre respectivement +2,6% au T4-2022 et +3,2% au T3-2022. Derrière cette faiblesse, il faut cependant distinguer la consommation qui se montre résiliente (+2,3% en glissement annuel vs +1,7% au T4-2022) de l’investissement qui poursuit son ralentissement dans les entreprises et qui reste très négatif dans l’immobilier. L’ISM manufacturier[2] s’inscrit d’ailleurs toujours en territoire de contraction à 47,1 contre 46,3 en mars. Un scénario de soft landing[3] se dessine donc, signe que le resserrement monétaire semble porter ses fruits. La Fed devrait ainsi pouvoir mettre fin à son processus de relèvement des taux. Le chiffre d’inflation PCE[5], qui est suivi de près par la Fed, a d’ailleurs poursuivi son ralentissement en mars (+4,2% en glissement annuel vs +5,1% en février) avec certes un rythme très lent pour la partie sous-jacente (+4,6% en glissement annuel vs +4,7%). Côté européen, les diverses statistiques ont fait état de disparités au sein de la zone euro. De fait, le secteur manufacturier s’est affiché en repli face à des services toujours bien orientés. La croissance allemande a ainsi ralenti au premier trimestre à la différence des autres pays dont l’économie est plus dépendante des services (Espagne, France ou Italie). Concernant l’inflation, si l’on observe également des disparités entre les pays de la zone euro au mois d’avril, l’inflation sous-jacente[1] reste néanmoins résiliente dans l’ensemble des pays. La remontée des taux directeurs par la BCE devrait donc se poursuivre à court terme.

Cependant le cycle de resserrement monétaire semble entrer dans sa dernière phase avec au cours des prochains mois les derniers tours de vis de la part des banques centrales (BCE, Fed, BoE). C’est donc, avec attention, que nous suivrons les réunions monétaires qui ont lieu cette semaine (Fed, BCE) afin de mieux appréhender les prochaines étapes. La prudence reste, par ailleurs, de mise face aux nombreuses incertitudes. En l’absence d’accord au Congrès sur un relèvement du plafond de la dette publique, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a averti que le gouvernement fédéral américain risquait de se trouver à court de liquidités dès le 1er juin ! Le stress bancaire reste également prégnant aux Etats-Unis comme nous l’a rappelé la faillite d’une 4ème banque régionale américaine. Confrontée à un fort mouvement de défiance après la publication de ses résultats, First Republic a du être démantelée afin d’être reprise par JP Morgan (Jamie Dimon est décidément habitué à secourir les banques en difficultés ; cf. la reprise en grande partie par JP Morgan de Washington Mutual en 2008). Enfin, n’oublions pas que la notation souveraine de la France a été dégradée d’un cran par l’agence Fitch[4] de AA à AA-. Si c’est, en partie, une conséquence du contexte social français qui complique les perspectives de réformes additionnelles, certains allant même à la qualifier « d’appréciation pessimiste », elle demeure néanmoins un avertissement qui ne peut être ignoré.

Termes et définitions
1. Inflation sous jacente ( inflation sous-jacente ) L’inflation sous-jacente, également connue sous le nom d’inflation core ou d’inflation de base, est une mesure de l’inflation…
2. ISM manufacturier ( ISM manufacturier ) L’indice ISM manufacturier est un indicateur économique qui mesure le niveau d’activité des manufacturiers aux États-Unis. Il est…
3. soft landing. Le terme “soft landing” fait référence à un scénario économique dans lequel une économie en croissance ralentit suffisamment…
4. Fitch ( Fitch ) Fitch Ratings est une agence de notation de crédit internationale, l'une des trois principales agences de notation, avec Standard & Poor's et Moody's.
5. PCE ( PCE ) L’indicateur PCE, ou “Personal Consumption Expenditures”, est une mesure statistique de la consommation personnelle des ménages aux États-Unis.…
Prec.
Pourquoi le rebond chinois n’est pas inflationniste ?
Suiv.
La Chine tente « une relance contrôlée »
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.