Quelle est l’inertie de l’inflation (États-Unis, Royaume-Uni, zone euro, Japon) ?

 Le degré d’inertie de l’inflation révèle de nombreux aspects du fonctionnement de l’économie : la capacité des entreprises à passer leurs coûts dans leurs prix, la capacité des salariés à obtenir des hausses de salaire qui compensent les hausses des prix à la consommation. 

Nous mesurons le degré d’inertie de l’inflation par la vitesse de la transmission des hausses des prix des importations (qui sont le choc inflationniste initial) dans les hausses de l’inflation sous-jacente ou du prix du PIB (qui représentent l’inflation domestique, interne). 

Nous voyons alors que l’inertie de l’inflation est : 

  • forte au Japon ; 
  • intermédiaire dans la zone euro ; 
  • très faible aux États-Unis et au Royaume-Uni. 

Aux États-Unis et au Royaume-Uni, à la fois les entreprises ont un important pricing power et les salariés obtiennent rapidement une compensation des hausses de prix. 

Total
0
Shares
Prev
L’euro perd son statut de monnaie forte et c’est un sujet
Next
Pas de répit possible pour la FED… Ni pour l’économie US au vu de l’inflation de juin