Patrick Artus

Quelle peut être la réaction de la politique économique à une forte hausse de l’inflation ?

Les États-Unis et l’Europe sont confrontés à une inflation forte, qui part des prix des matières premières, mais peut ensuite se généraliser. Nous nous demandons ce que peuvent être les réponses de politique économique à une forte hausse de l’inflation.

  1. Une forte hausse des taux d’intérêt visant à faire baisser rapidement l’inflation ; le risque serait alors le recul de l’activité, des difficultés pour les finances publiques, l’impossibilité d’augmenter les dépenses publiques.
  2. Des transferts publics aux ménages compensant la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation, avec des salaires mal indexés sur l’inflation ; cette solution pose plusieurs problèmes : le coût pour les finances publiques, le fait que la demande de biens et services n’est pas freinée, et donc que l’inflation n’est pas combattue par une demande plus faible ; l’impossibilité, si ce choix est fait, qu’il y ait une hausse des taux d’intérêt.
  3. Le plafonnement du prix de l’énergie par des interventions publiques ; les difficultés sont alors les mêmes que celles du choix précédent, plus le fait que le signal prix disparaît.
  4. Au contraire, une politique budgétaire restrictive pour lutter contre l’inflation, ce qui évite les risques associés à la hausse des taux d’intérêt, mais interdit de soutenir le pouvoir d’achat.

Au total, le premier choix est de soutenir ou non le pouvoir d’achat des ménages par des transferts publics ; si ce soutien est mis en place, il est très difficile de lutter contre l’inflation, que ce soit par la politique budgétaire ou la politique monétaire ; si ce soutien n’est pas mis en place, le choix est de lutter contre l’inflation, soit par la politique monétaire, soit par la politique budgétaire.

Lire la suite

Prec.
L’inflation poursuit sa hausse en avril, à 4,8% sur un an selon l’Insee
Suiv.
Qui se trompe entre les dirigeants des sociétés cotées et les marchés boursiers ?