Nuages | Les actualités économiques et financières

Quelles leçons tirer des résolutions climat en 2021 ?

Au cours des six dernières années, la multiplication des campagnes coordonnées sur des thématiques climatiques a constitué une tendance forte de l’activisme actionnarial. Alors que la saison 2022 bat son plein, avec de nombreuses résolutions “Say on Climate”, majoritairement déposées par des actionnaires en dehors des conseils d’administration, un récent rapport d’Institutional Shareholder Services (ISS) revient sur le traitement du climat lors des assemblées générales de 2021.

En 2021, comme en 2020, la majorité des résolutions d’actionnaires liées à l’environnement et au social dans le monde étaient liées au changement climatique et/ou au lobbying climatique, et plus de la moitié de celles-ci ont été déposées dans le secteur financier, le secteur pétrolier et gazier et le secteur minier. Si les Etats-Unis constituent l’épicentre des résolutions d’actionnaires liées au climat, celles-ci ont été recensées sur quatorze marchés en 2021 (Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis) contre douze en 2020. 88 résolutions d’actionnaires liées à ce sujet ont été soumises au vote en 2021, contre 65 en 2020.

Les résolutions qui demandaient la diffusion publique des objectifs de réduction des émissions ont représenté la majorité de ce type de résolutions en 2021. A l’échelle mondiale, le niveau moyen de soutien reçu par les résolutions climat a atteint le niveau impressionnant de 42,1 % en 2021, contre 29,2 % en 2020. Celles centrées sur le “Say on Climate” ont reçu un soutien moyen de 32,7 % en 2021.

La nouveauté de 2021 a été l’inclusion dans l’ordre du jour des assemblées générales de résolutions liés au climat proposées par les directions d’entreprise, donnant lieu à des votes sur les plans de transition ou les stratégies climatiques. Généralement il s’agissait d’une réaction du management à une initiative d’actionnaire demandant une résolution similaire ou à l’engagement actionnarial des investisseurs. Au total, sur 26 résolutions dans le monde, 19 l’ont été dans des entreprises européennes, 3 en Amérique du Nord, 3 en Afrique du Sud et 1 en Australie. En moyenne, elles ont reçu 93 % de soutien en 2021. Jusqu’à présent, en 2022, la majorité des résolutions similaires ont également été mises en oeuvre dans des entreprises européennes.

Un certain nombre d’initiatives d’investisseurs liées à l’objectif “net zero emission” ont vu le jour en 2021 pour proposer des conseils à la fois aux investisseurs et aux entreprises sur les plans de réduction des émissions de CO2 et pour fournir des outils permettant de fixer un objectif vers la trajectoire “moins de 1,5°C” comme affiché lors de la COP26. Ainsi, le “Climate Action 100+ Net Zero Company Benchmark”, lancé en mars 2021, évalue la performance des entreprises par rapport aux trois objectifs principaux de l’initiative : réduction des émissions, gouvernance et transparence. En septembre 2021, l’Institutional Investors Group on Climate Change (IIGCC), une coalition d’investisseurs représentant plus de 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a publié un rapport détaillant ses attentes à l’égard des entreprises pétrolières et gazières afin qu’elles s’alignent sur les attentes en matière de zéro émission. Il est également intéressant de constater qu’en octobre 2021 la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) a diffusé un guide pour aider les entreprises à publier des objectifs et des informations sur les plans de transition climatique et à en estimer les impacts financiers. 

D’ores et déjà, le nombre de résolutions “Say on Climate” présentées par les directions d’entreprise en 2022 est supérieur à celui de l’année complète 2021 (36 à ce jour en 2022 contre 26 pour l’année complète 2021). 

Prec.
Macroscope : La guerre en Ukraine, accélérateur de la démondialisation ?
Suiv.
Analyses sur 65 cryptos par Ichimoku avec Karen Péloille