Qui peut croire que la situation des banques américaines est réglée ?

Les banques régionales américaines subissent de fortes baisses de leurs actions en ce moment. Les craintes sont telles que les appels à une intervention plus puissante de Washington pour endiguer la crise se multiplient. Jeudi 4 mai, les actions de PacWest ont chuté de 50,6% après que la banque basée en Californie a annoncé être en discussion avec “plusieurs partenaires et investisseurs potentiels” pour obtenir une bouée de sauvetage financière. Pour ajouter à l’ambiance délétère qui entoure les banques américaines, la TD Bank du Canada a annulé son acquisition de $13 Mds de la First Horizon basée à Memphis, invoquant des incertitudes quant à l’approbation réglementaire de l’accord. Conséquence : Les actions de First Horizon ont baissé de 33,2%.

L’indice KBW Regional Bank a chuté de 3,5% et a perdu plus de 30% cette année. Ces baisses interviennent quelques jours après que la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) a saisi la banque californienne First Republic et vendu ses dépôts et actifs à JPMorgan Chase. Les taux d’intérêt en hausse ont piégé plusieurs prêteurs américains, comme la Silicon Valley Bank et Signature Bank en mars. Les investisseurs en actions sanctionnent les banques ayant des pertes sur les titres à long terme, craignant pour leur rentabilité future avec la hausse des coûts des dépôts alimentée par les hausses de taux agressives de la Réserve fédérale.

Les banques avec une proportion élevée de dépôts supérieurs à la limite de garantie de 250 000 dollars de la FDIC sont considérées comme particulièrement vulnérables : elles sont ciblées les unes après les autres par les vendeurs à découvert qui se régalent en ce moment sans trouver d’opposition crédible pour le moment. Parmi les acteurs appelant à une solution, l’investisseur activiste Nelson Peltz a déclaré que la limite de l’assurance-dépôt devrait être augmentée, avec les détenteurs de comptes fortunés payant une petite prime d’assurance au fonds d’assurance fédéral pour garantir les soldes supérieurs à 250 000 dollars.

Peltz a averti que les turbulences pourraient continuer sans une intervention large et solide de Washington. La FDIC a déclaré plus tôt cette semaine que l’assurance-dépôt devrait être augmentée pour couvrir les comptes professionnels, et que la porter à 2,5 millions de dollars couvrirait la plupart des petites et moyennes entreprises. Une telle mesure nécessiterait l’approbation du Congrès. Ce qui ne paraît pas évident à ce stade. 

Il y a plus de 4 100 banques commerciales aux États-Unis, selon la FDIC. Il est difficile d’imaginer que JPMorgan les rachète toute…

Alors que les turbulences se poursuivent, l’effondrement de la SVB fait l’objet d’un nouvel examen. Goldman Sachs a déclaré coopérer et fournir des informations à “diverses instances gouvernementales” en relation avec les enquêtes et demandes d’information sur la banque californienne. 

Tout ceci fait clairement penser que la situation devrait encore se dégrader sur ce secteur avant que des décisions efficaces permettent d’espérer une amélioration. 

Prec.
L’inflation fait de la résistance
Suiv.
Déroute bancaire américaine : la hausse de trop pour la Fed ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.