Réindustrialisation ? Mon œil

Dans le Financial Times du week-end15/16 avril, ce graphe sur la localisation des lieux de production des microprocesseurs. En 1990, l’Europe dominait le marché avec plus de 40% de la production devant les USA, un peu moins de 40% et le Japon pour environ 20%.

En 2030 selon les projections faites au travers de cet article, ces 3 régions ne produiront plus que 30% de ces puces devenues indispensables à la production de tout bien manufacturé. La Corée du sud, Taiwan et la Chine ont pris la place que les pays développés leur ont laissé. Ils auraient, à eux trois, près de 60% de part de marché en 2030.

Ces données permettent de comprendre les difficultés d’approvisionnement des pays développés au moment de la sortie de la pandémie. Les pays producteurs pouvaient être submergés de demande mais ils avaient aussi leurs propres arbitrages qui n’étaient pas forcément en leur faveur. On pense notamment à la Chine dont les relations avec les Américains étaient déjà très difficiles.

Au-delà des raisons historiques et politiques, on perçoit l’importance de Taiwan dans ce marché. Se réapproprier ce territoire donnerait aux Chinois un poids considérable et une capacité à réguler l’activité mondiale.

Pour les Etats-Unis, maintenir Taiwan dans sa zone d’influence c’est disposer d’une capacité d’innovation importante. Il n’est pas neutre que la grande entreprise de microprocesseurs, TSMC, ait décidé avec l’aide de Washington de construire deux gigantesques usines en Arizona. En cas de tensions en mer de Chine, les US auraient alors préservé une partie de leur indépendance.

Prec.
Une reprise chinoise forte… et atypique
Suiv.
8ème baromètre Opinion Way pour l’AFFO : Ralentissement des investissements des familles en 2022
Investisseurs | Les actualités économiques et financières

8ème baromètre Opinion Way pour l’AFFO : Ralentissement des investissements des familles en 2022

Plus de publications