Risques de stress sur les indices pendant l’été

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais il y a des signaux faibles qui pourraient créer du stress sur les indices pendant l’été et qu’on aurait tort de négliger. Par exemple : la hausse de près de 40% du prix du transport maritime international en un mois ou la flambée du prix des matières premières agricoles. 

En raison d’une baisse sans précédent des récoltes au Brésil et en Floride, les deux principaux producteurs mondiaux, le prix du jus d’orange est sur une pente ascendante depuis plusieurs mois. Lorsque le jus d’orange concentré arrive au port de Rotterdam, la principale porte d’entrée pour le marché européen, il coûte en moyenne 6000 dollars la tonne. C’est l’équivalent de deux sacs de voyage Louis Vuitton. 

Même chose pour le beurre. Les contrats sur le beurre sont désormais à un point haut depuis novembre 2023. En cause : la sécheresse de l’été 2020 qui a réduit la qualité et la quantité d’herbe disponible pour les vaches laitières, et la hausse du prix des fertilisants depuis la guerre en Ukraine.

Tout cela est complètement passé sous les radars. À tort. Cela pourrait créer de nouvelles tensions inflationnistes en deuxième partie d’année.

Perspectives

Enfin ! La Banque Centrale Européenne va amorcer son cycle de baisse des taux ce jeudi (-25 points de base, dans un premier temps). Là où ça se complique, c’est qu’elle risque d’être évasive concernant le calendrier des futures baisses. Heureusement, le chef économiste de l’institution, Philip Lane, nous a donné quelques indices précieux la semaine dernière. L’objectif de cette année est d’assouplir la politique monétaire tout en la maintenant un peu restrictive afin d’éviter tout sursaut non prévu de l’inflation. C’est cohérent avec deux ou trois baisses de taux de 25 points de base chacune. L’an prochain, l’objectif sera de ramener la politique monétaire en territoire neutre, ce qui suppose trois ou quatre baisses de taux d’ampleur similaire. Au total, le cycle d’assouplissement pourrait être compris entre 150 et 175 points de base sur un an et demi – ce qui est peu comparé aux autres cycles de baisse du loyer de l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Auris Gestion lance « Rendement Sélection 2030 »
Suiv.
Puisse l’étoile du taux neutre nous éclairer…
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.