Signaux négatifs sur la santé des entreprises en France

La Banque de France vient de sortir le chiffre des défaillances d’entreprises pour l’exercice 2023, qui ressort en hausse de 34% à 55 492 par rapport à 2022. Une hausse qui découle d’une normalisation après les mesures de soutien mises en place durant la pandémie mais aussi de la contraction de la demande (selon BNP), notamment dans les secteurs de l’immobilier et de la construction (avec une forte dégradation pour ce dernier au T4).

Si le nombre reste inférieur à la moyenne de 2010-2019 (59 342, soit -6.5%), il est supérieur à 2019 (+8.5%). BNP estime par ailleurs que les chiffres définitifs de 2023 pourraient être plus élevés que les données préliminaires communiquées.

Autre information intéressante fournies par les statistiques de la Banque de France, l’augmentation significative des défaillances des ETI-Grandes Entreprises, qui s’élèvent 57 dossiers en 2023 (contre 27 en 2022 et 33 en moyenne sur la période 2010-2019).

Sur le même sujet – la santé des entreprises – le ministre de l’Economie a annoncé la prolongation, pour trois ans, jusqu’en 2026, de l’accord de place, entre l’Etat, la Banque de France et la Fédération bancaire française, sur les restructurations de prêts garantis par l’Etat. Cette mesure permet aux PME de repousser la date de remboursement de leurs PGE de façon « rapide, gratuite, confidentielle », et surtout, « à l’amiable », dans un cadre non judiciaire. Cette mesure, instaurée en 2022, avait déjà été prolongée pour un an en 2023. Sur les 107Md€ octroyés aux TPE/PME depuis 2020, plus de 50Md€ ont été remboursés indique le communiqué conjoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
ETF Bitcoin : en attendant la SEC
Suiv.
Lancement prometteur pour le fonds Microcaps Monde
Plus de publications