Start-up nation : c’est la fin de vacances

Y Combinator (YC), l’incubateur de start-up le plus prestigieux au monde (avec Airbnb, Coinbase ou encore Reddit à son tableau de chasse) tire le signal d’alarme auprès de ses partenaires : « Pour ceux qui ont créé leur entreprise au cours des cinq dernières années […], votre expérience de collecte de fonds n’a probablement pas été normale et les futures collectes de fonds seront beaucoup plus difficiles ».

De quoi faire frissonner la start-up nation.
On vous explique.

Ce qu’il se passe depuis plusieurs années :

Les levées de fonds sont faciles. Trop faciles.

Chaque semblant de projet lève des millions de dollars à tour de bras. Puis dépense ces dollars sur sa «topline», c’est-à-dire sur tout ce qui peut aider à faire croître son chiffre d’affaires : pubs Instagram, flyers à la sortie du métro, campagne influenceurs Tiktok et tout le reste.

Inutile de préciser que la grande majorité de ces sociétés est lourdement déficitaire. Et peu d’entre elles ont un plan pour devenir un jour bénéficiaire.

En à peine deux ans, la somme consacrée au financement des start-ups est passée de 60 milliards de $ à plus de 150 milliards de $. Les entreprises lèvent des sommes colossales, les dépensent aussitôt, pour lever de nouvelles sommes colossales et ainsi de suite.

Vous comprenez mieux comment Lola, 19 ans, gagne 20,000€ par mois en se filmant sur Tiktok avec un maillot de bain Shein.

Ce qu’il va se passer :

Le retour de la sélectivité dans la finance. Enfin.
Les investisseurs vont demander aux start-ups de proposer des projets viables et rentables.

De quoi former une tempête à l’horizon selon YC : “beaucoup de vos concurrents n’anticiperont pas, maintiendront un taux de dépense élevé et ne s’apercevront qu’ils sont fichus que lorsqu’ils essaieront de lever de nouveaux fonds.”

La suite vous l’avez devinée : coup de frein sur les levées de fonds et coup de frein sur les dépenses marketing.

Lola va devoir trouver un vrai boulot.
Finalement l’inflation, ça a du bon.

Excellente semaine,

Pierre

Prec.
Marchés obligataires : du danger d’être exposé sur les maturités longues
Suiv.
On comprend que les Banques Centrales n’aient pas du tout envie de monter les taux d’intérêt