Canicule | Les actualités économiques et financières

Sur l’autoroute vers l’enfer, le conducteur sourit…

L’indice Sentix de moral des investisseurs en Zone Euro est ressorti en nette hausse, à -30,9 points ce mois-ci, très nettement au-delà des attentes (-35,2), et du score d’octobre (-38,3). Un bond de 7,4 points à mettre au crédit… de la clémence des températures sur le mois d’octobre. Encore un bel exemple d’injonction contradictoire, alors que s’ouvre la COP 27, en Égypte.

L’indice global progresse de 7,4 points à -30,9, ce qui ne représente pas encore, aux yeux du cabinet Sentix, un signal d’inversion de tendance. Mais la hausse des composantes dites de situation et d’anticipation montre à quel point les investisseurs réagissent avec sensibilité dans leurs attentes économiques, aux signaux du marché de l’énergie.

Car c’est bien là la cause majeure de la hausse de ce baromètre, si l’on peut se permettre de filer la métaphore météorologique. Le mois d’octobre a affiché des températures bien plus élevées que d’habitude, c’est-à-dire bien supérieures à ce que les statisticiens appellent couramment les températures « normales » de saison. Cela signifie que les installations de stockage de gaz sont pleines à ras bord, notamment en Allemagne ; les prix du gaz sur le marché au comptant se sont effondrés et les craintes d’une pénurie catastrophique de gaz s’estompent.

Le moral des investisseurs s’améliore donc pour les six prochains mois. Vivement un mois de novembre tiède, et un mois de décembre chaud ! Alors que s’ouvre la conférence de Charm el-Cheik 2022 sur les changements climatiques, dans un contexte d’urgence, les commentaires laconiques de Manfred Hübner, Directeur de l’Institut Sentix, résonnent comme un accord dissonant : « Il semble de plus en plus improbable qu’il y ait une dangereuse pénurie de gaz cet hiver. Sur la question hautement stratégique de l’approvisionnement, une amélioration a été apportée grâce à la météo. »

Par ailleurs, la parole du chancelier Scholz de maintenir connectées au réseau jusqu’à la mi-avril les centrales nucléaires dont l’arrêt est prévu fin 2022 témoigne de la nécessité d’avoir tout de même à disposition des installations de production d’énergie à sa disposition, ce que les prix de l’électricité reconnaissent également avec soulagement. Les plafonds tarifaires adoptés en Allemagne sécurisent les consommateurs, mais avec l’évolution actuelle des prix du gaz et de l’électricité, ils n’auront pour l’instant qu’un effet limité. Mais, à l’instar d’un put en bourse, ils représentent une couverture. Dans l’ensemble, ces mesures contribuent à un éclaircissement du sentiment.

Résumons : le moral des investisseurs en Zone Euro s’améliore, sur fond de causalité directe avec des températures trop hautes.

Highway to Hell ! C’est le titre de la chanson du groupe de rock AC/DC qu’Antonio Guterres, secrétaire Général de l’ONU, a paraphrasé en ouverture de la COP: « Nous sommes sur l’autoroute vers l’enfer climatique avec le pied toujours sur l’accélérateur ». Sourions ! Et puis s’il fait trop chaud dans l’habitacle, mettons la clim’ à fond.

“L’humanité a un choix : coopérer ou périr. C’est soit un Pacte de solidarité climatique soit un Pacte de suicide collectif”, a prévenu le patron de l’organisation internationale.

Il n’est pas question ici de blâmer les répondants aux enquêtes Sentix, qui donnent leur opinion sur des éléments précis de conjoncture à l’échelle 6 mois. La juxtaposition des commentaires de Sentix et de l’ouverture de la COP-27 donne simplement mal au crâne autant qu’elle dérange.

Le cabinet Sentix, spécialiste en finance comportementale, dépouille mensuellement une enquête passée auprès de 2 800 investisseurs et analystes, qui donnent leur sentiment sur l’évolution de l’économie dans la Zone Euro pour les six prochains mois.

Par construction, un score au-dessus de zéro rime avec optimisme, et à l’inverse, un score en dessous de zéro signifie une ambiance imprégnée de pessimisme.

Depuis mars 2022, l’indicateur baromètre évolue en territoire négatif.

Prec.
Marchés: pourquoi les midterms US sont plus importants que la FED
Suiv.
L’oeil du CGPI : point de gestion du mois d’octobre