Surprise européenne

Il n’y a pas que Nvidia dans la vie. L’Europe boursière réserve des surprises. Selon la dernière enquête sur les gérants de fonds de Bank of America, on observe une rotation des flux des États-Unis vers l’Europe depuis plusieurs semaines. C’est amené à s’intensifier pour deux raisons :

  • La valorisation des actions européennes est nettement inférieure à celle des actions américaines et se situe à des niveaux historiquement bas. C’est le cas des secteurs bancaires et automobiles qui se négocient à leurs plus bas depuis la crise de la dette souveraine de la zone euro, par exemple.
  • Les actions européennes ont souvent été négligées à tort ces dernières années. L’incroyable performance boursière d’UniCredit qui rivalise presque avec celle de Nvidia depuis le changement de PDG (15 avril 2021) prouve que les rendements peuvent être au rendez-vous, à condition d’être sélectif évidemment.

Est-ce que le retour des investisseurs est durable ? Nous pensons qu’il s’agit d’un positionnement tactique (donc à court terme) à l’inverse de l’IA qui est un thème d’investissement à long terme.

Perspectives

Les banques centrales sont au rendez-vous cette semaine. La Réserve Fédérale américaine (Fed) devrait maintenir son taux directeur inchangé et rester évasive quant au timing de la première baisse des taux. La fenêtre d’opportunité se referme. Elle a besoin que l’inflation reflue durablement sous 3% pendant plusieurs mois consécutifs pour baisser le loyer de l’argent. Actuellement, les prix à la consommation sont à 3,4% sur un an. Nous anticipons que l’inflation atteigne un plateau autour de 3% pendant l’été et qu’elle ne chute sous ce niveau qu’au quatrième trimestre. Une baisse des taux en novembre est délicate en raison de l’élection présidentielle américaine. Le scénario le plus probable serait une baisse en décembre, à condition que l’élection ne soit pas contestée. Il n’est désormais pas exclu que la Fed ne baisse finalement pas ses taux en 2024. C’était totalement farfelu il y a quelques mois de cela.

La Banque du Japon se réunit le 14 juin. Aucune hausse des taux. Nous prévoyons un possible ralentissement du programme de rachats d’actifs (ce qui s’apparente à un durcissement des conditions monétaires). Le yen faible devrait rester la norme toute l’année. Le rallye observé sur le yen en début de semaine dernière s’explique essentiellement par le débouclage de positions de carry trade sur les paires MXN/JPY (peso mexicain vs yen) et INR/JPY (roupie indienne vs yen) à la suite des élections en Inde et au Mexique. Ce n’est donc pas un mouvement durable. Pour que le yen se renforce durablement, il faudrait une normalisation accentuée de la politique monétaire japonaise et/ou une intervention coordonnée avec Washington. Ce n’est pas à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
BCE : une politique plutôt restrictive et « data dependent » pour les mois à venir
Suiv.
Les élections européennes sont venus rajouter de l’incertitude sur les marchés financiers
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.