Centrale, énergie | Les actualités économiques et financières

Turbulences sur le marché européen du pétrole

Les exportations de pétrole totales de la Russie vers l’Europe se montent à environ 4 millions de barils par jour (près de la moitié des exportations totales alors que la production totale représente environ 10 millions de barils par jour). Pour replacer ces chiffres dans leur contexte, cela représente près de 30% de la consommation totale de pétrole en Europe. Ce déficit pourra difficilement être comblé par l’OPEP sur le court terme : l’accord avec l’Iran pourrait changer la donne puisqu’avant les sanctions, le pays exportait environ 2,5 millions de barils par jour et les analystes estiment, si un accord venait à être trouvé, que 1,5 million de barils par jour pourraient être exportés. Il apparaît clairement aujourd’hui que la réticence à acheter du pétrole russe, à quelques exceptions près (probablement la Chine), ainsi que la pénurie mondiale et la pression exercée par la communauté internationale perdureront à court terme.

Les possibles turbulences causées par la situation en Ukraine sont plus importantes pour l’Europe. Les importations sont significatives, par exemple le maïs (2,6 milliards de dollars selon les estimations) mais aussi d’autres légumes, pour un total avoisinant les 5 milliards de dollars.

Les importations européennes en provenance d’Ukraine représentent donc, en dollars, près de la moitié des importations de pétrole en provenance de Russie. Le palladium doit donner lieu à une analyse complexe à cause du manque de données. Selon les estimations, les exportations russes représentent environ 6,5 milliards de dollars (25% du total) et 3 milliards vers l’Europe : il existe donc ici une forte dépendance (il semble que l’Europe n’ait pas fait le choix d’une vraie diversification des importations dans ce domaine). Le gaz naturel est une question sensible. Nous savons, grâce à nos simulations sur le changement climatique et aux politiques climatiques actives, qu’il est nécessaire de remplacer le charbon par le gaz, ce qui stimule la demande. Même sans les représailles russes, la conjoncture anticipée pour la période 2023-2024 sera encore plus difficile compte tenu des volumes totaux dont l’Europe a besoin pour reconstituer ses réserves en vue des hivers suivants.

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Carmignac : les impacts de la guerre en Ukraine sur l’économie globale et notre stratégie d’investissement
Suiv.
Les banques centrales entre le marteau et l’enclume
Pour aller plus loin


1 kit Fibee
(une interview + une newsletter dédiée + diffusion de votre interview)
1 bannière
(748x90 en rotation pendant une semaine sur l'ensemble de nos supports)
10% de réduction
sur la commande d'un des services Fibee.

Vous gagnerez également un ticket pour le tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter un iPad Mini de dernière génération !

• Tirage au sort le vendredi 30 septembre à 17h00
• Une participation possible toutes les 24 heures
• Jeu réservé aux professionnels de la gestion d'actifs

Tentez votre chance !
En cochant cette case je confirme être un professionnel de la gestion d'actifs, j'accepte de recevoir les communications de fibee.fr et de participer au tirage au sort qui aura lieu le vendredi 30 septembre 2022.
Never
Remind later
No thanks